3

Après avoir été aperçu très complice avec Monica Bellucci à la cérémonie des Lumières de la presse internationale le 5 février à l'Institut du monde arabe à Paris, Jean-Paul Belmondo a annoncé revenir très bientôt sur les grands écrans. Absent depuis 2011 des salles obscures avec "D'un Film à l'autre" de Claude Lelouch où il jouait son propre rôle, il tournera cet été dans le nouveau film de Fabien Onte­niente (réalisateur de "Camping 1, 2 & 3", "Disco") intitulé "Le coup de chapeau". Il avait pourtant annoncé sur BFMTV en décembre dernier qu'il ne ferait plus de Cinéma.

Soixante-ans de carrière

Bebel a débuté sa carrière en 1950 au théâtre dans "La Belle au bois dormant", puis au cinéma en 1956 avec le court-métrage "Molière" de Norbert Tildian.

Avec les 58 films dans lesquels il tient le rôle principal, il totalise plus de 130 millions d'entrées. Une incroyable carrière qui a été interrompue par un AVC en 2001. Depuis, il s'est peu à peu éloigné de la vie publique, préférant se reposer à la campagne.

Belmondo c'est aussi des récompenses telles que le César du meilleur acteur en 1989 pour "Itinéraire d'un enfant gâté", une Palme d'honneur au festival de Cannes en 2011 ou encore le Lion d'or pour l'ensemble de sa carrière en 2016 à Venise. Lors de la cérémonie des Césars [VIDEO] 2017, il a reçu un bel hommage avec une longue ovation des acteurs, actrices, réalisateurs et autres personnalités du cinéma présentes.

Parmi les films dans lesquels il a joué, il y a notamment "Le Cerveau" (1969), "L'As des as" (1982), "Le Professionnel" (1981), "Le Marginal" (1983), "L'Homme de Rio" (1964), "Borsalino" (1970), "Le Magnifique" (1973), "A bout de souffle" (1960), "Un signe en hiver" (1962)...

La liste est longue et plus récemment on peut citer "Un homme et son chien" (2009).

Les planches : une importante partie de sa vie

En parallèle de sa carrière au cinéma, il se consacre également au théâtre dans les années 1950, puis entre 1987 et 1999. En 1987, Robert Hossein lui a proposé de retourner à ses premiers amours après l'échec du dernier long-métrage de Jacques Deray "Le Solitaire". Depuis 1963, c'est le premier film dans lequel Belmondo apparaît qui fait moins d'un million d'entrées. Il joue dans "Kean", une adaptation de Sartre d'après Dumas père. Il est alors ravi de retrouver sa vocation d'origine, le théâtre.

Après son AVC en 2001, il se retire complètement des planches et n'y est plus apparu depuis. Il était très proche de Jean Rochefort [VIDEO], une autre icône du cinéma français, décédé en octobre 2017.