Netflix pourrait bientôt mettre la main sur l’un des plus gros studios de Cinéma français, EuropaCorp. La société de production et de diffusion cinématographique, cofondé par le célèbre Luc Besson, est en effet en passe de tomber dans les mailles du géant américain de la vidéo en streaming. Le journal français Les Échos confirme que le rachat est bien parti pour se faire, pour une somme rondelette de 150 millions de dollars.

EuropaCorp dans le viseur de plusieurs grands studios américains

Si Netflix met la main sur EuropaCorp, cela lui permettra d’enrichir considérablement son catalogue en ligne grâce aux divers productions du studio et notamment les blockbusters de Luc Besson, comme « Valérian et la Cité des milles Planètes », « Taken », « Lucy » ou encore « Le Transporteur ».

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne Musique

Malgré tout, Netflix n’est pas certain d’acquérir sans difficulté le célèbre studio. En effet, de nombreux grands studios de cinéma américain, comme Sony ou la Warner se montrent tout autant intéressés, même si Netflix reste pour l'heure l'acheteur le plus probable.

Le but de la manoeuvre est de laisser à Luc Besson la liberté d’exercer son talent artistique tout en permettant à l’acheteur de s’y substituer pour gérer EuropaCorp, qui souffre actuellement de coûts de fonctionnement trop élevés par rapport aux bénéfices engrangés, notamment à cause de l’échec en salles de Valérian, le film français le plus cher de tous les temps.

Luc Besson aura le dernier mot

EuropaCorp émet quelques réserves sur ce rachat et confirme que la société n’est actuellement qu’en discussion pour un éventuel rachat par Netflix. Luc Besson, cofondateur d’EuropaCorp, devra décider en fonction des moyens garantis par Netflix pour sauver le studio tant en continuant à produire de nombreux films.

L’avantage de Netflix serait bien sûr d’accéder aux catalogues d’EuropaCorp, et sans doute les prochaines productions de Luc Besson.

Le studio français de cinéma est en difficulté depuis les millions engagés dans le film « Valérian et la Cité des milles Planètes » qui n’ont pas été rentabilisés. La société aurait ainsi cédé ses activités télévisuelles et déjà supprimé 22 postes.

Un rachat par Netflix peut être envisageable pour permettre aux films de Luc Besson de continuer à briller dans le monde entier, même si une sortie en salles ne sera plus vraiment envisageable lorsque les films seront disponibles sur le catalogue du géant californien de la vidéo en streaming…