Depuis 5 longues années, le boss n’avait plus fait de vrais albums avec de nouveaux titres. Car hormis « High Hopes » qui était un faux nouvel album, puisqu’il contenait un certain nombre de reprises, à l’image de l’excellente version de « The Ghost of Tom Joad » ou encore la très puissante « American Skins » qui fit scandale lors de sa sortie en 2001, puisqu’elle fut inspirée par un faits divers dans lequel Amadou Diallo, un émigrant Guinéen de 23 ans, fut abattu par erreur par la police New-Yorkaise de 41 coups de feu.

Publicité
Publicité

Depuis cet album « High Hopes », donc, Springsteen, avait sorti une autobiographie, accompagnée d’une compilation de chansons qui firent le lien avec le livre, puis s’était produit sur scène à Broadway dans un show mêlant monologues et chansons.

"Western Stars", une invitation au voyage

Depuis pourtant, pas de nouvelles chansons et pas de nouvelles tournées. Les fans se demandant si cet infatigable songwriter n’avait pas fait le tour de la question.

C’était bien sûr sans compter sur la capacité de l’artiste à toujours s’inspirer de tout ce qui l’entoure, de ses voyages, mais aussi et surtout de ses racines. Et donc, le 14 juin prochain, les fans du monde entier seront enfin récompensés de leur patience avec « Western Stars ». Un nouvel opus de 13 chansons originales, inspirées des musiques des années 60/70 du Sud de la Californie.

Un album dans la lignée de "Nebraska"

Comme d’habitude Bruce Springsteen annonce la sortie de son album au dernier moment (seulement un mois avant la sortie) mais surtout, comme à chaque fois, l’artiste nous invite à voyager dans son pays, au cœur de ses racines.

Publicité

Ce démocrate convaincu, qui fut le premier soutien de Barack Obama, mais su également confronter son pays à ses dérives : « Born In The USA », « The Ghost Of Tom Joad », « Born To Run », s’est inspiré de la Musique Sud Californienne d’une époque où tout s’inventait, où les artistes cherchaient à explorer de nouvelles directions. A l’image du premier Single « Hello Sunshine », l’album est présenté comme une illustration de ces grandes routes, de ces grands espaces, comme une musique de film onirique et puissante.

Enregistré dans son propre studio à domicile, comme cela est régulièrement le cas chez Springsteen depuis « Nebraska » en 1982, l'album suscite bien des envies et « Hello Sunshine » nous installe déjà dans de bonnes conditions. On a déjà hâte de savoir ce que cela va donner.

Lire la suite