Il y a quelques jours, le 25 mai 2020, George Floyd a perdu la vie. L'homme afro-américain a été tué par un policier. Après avoir répété à plusieurs reprises qu'il ne pouvait pas respirer et qu'il souffrait de douleurs au thorax, le policier (Derek Chauvin) qui avait son genou sur sa poitrine, ne s'est pas retiré. L'homme est mort et a déclenché une vague d'indignations partout aux Etats-Unis. Les scènes de pillage sont de plus en plus nombreuses, les forces de l'ordre sont mobilisées mais semblent être impuissantes face à la vague de colère qui ne cesse de grandir. Les images de violences et d'affrontements sont de plus en plus nombreuses.

A New York, la police a foncé sur des manifestants, plusieurs personnes ont été projetées au sol.

Une situation incontrôlable

Il y a quelques jours, Will Smith écrivait un message qui disait simplement que le racisme n'était pas plus présent ou plus intense que par le passé mais qu'il était simplement filmé. Lundi dernier, George Floyd est mort à Minneapolis à l'âge de 46 ans [VIDEO]. L'homme est aujourd'hui un symbole de lutte contre le racisme et des inégalités au pays de l'oncle Sam. New York, Philadelphie, Dallas, Las Vegas, Seattle, Des Moines, Memphis, Los Angeles, Atlanta, Miami, Portland, Chicago, ou encore la capitale Washington, les Américains se révoltent. Les gouverneurs des Etats concernés ont fait appel à la Garde nationale et, pour certains, décrété un couvre-feu.

Aujourd'hui, les scènes de pillages, d'émeutes, d'incendies sont de plus en plus nombreuses et la tension ne semble pas être retombée. La population s'en prend directement à la police.

Ainsi, ce week-end, dans le quartier de Brooklyn, deux voitures de police qui étaient encerclées par les manifestants qui jetaient différents types de projectiles, ont foncé sur la foule, projetant des personnes sur le sol.

Les images filmées ont été postées sur les réseaux sociaux.

Une enquête ouverte

Avec les réseaux sociaux, les images et vidéos sont largement relayées et commentées.

Ainsi, le maire démocrate de New York, Bill de Blasio, a rapidement pris la parole pour annoncer qu'une enquête allait être ouverte. Il faut dire que les rapports entre les policiers et la population sont très tendus. Néanmoins, on a pu voir dans certaines autres villes que les policiers mettaient eux-aussi, un genou au sol en signe de protestation. Les violences policières aux Etats-Unis comme ailleurs sont inacceptables et la police n'est pas au-dessus des lois. A l'heure où nous écrivons ces lignes, la tension est toujours aussi palpable dans les différents états américains et cela ne semble pas être près de se terminer.

Suivez la page Donald Trump
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!