Dans la foulée d’Edmonton et Marseille, Las Vegas ? C’est ce qu’affirme l’organisation Etat Islamique, dans un communiqué diffusé mardi, à propos de la fusillade de samedi [VIDEO]. Selon le groupe terroriste, le tireur, Stephen Paddock, se serait converti à l’Islam quelques mois avant l’attaque, dont le bilan s’est alourdi à 58 morts et plus de 500 blessés. Le FBI conteste toutefois ce communiqué ; selon l’agence fédérale, il n’y a pour l’instant aucun lien entre le tireur et un « groupe terroriste international ».

Donald Trump n'évoque pas la piste Daech

Dans son discours pour les victimes, Donald Trump n’a pas mentionné une éventuelle implication du groupe islamiste.

A la place, le président américain a adressé ses condoléances aux victimes. "Que Dieu nous donne la grâce d'aider les familles qui souffrent et de leur donner la force de continuer à vivre" a déclaré Trump. "Les Etats-Unis ne font qu’un et sont unis. Nous en appelons aux liens de la citoyenneté. Notre unité ne peut être brisée par des actes malveillants. Nous sommes en colère face à ce meurtre fou mais l’amour nous unira toujours", a-t-il ajouté. Ce dernier devrait se rendre sur place mercredi.

Le suspect avait eu des problèmes psychiatriques

L’agence de presse Reuters, s’appuyant sur des déclarations de deux hauts fonctionnaires américain, affirme que Stephen Paddock avait des antécédents psychiatriques.

En revanche, il n’avait aucun casier judiciaire, hormis une infraction au code de la route. Le suspect, un retraité de 68 ans, s’est suicidé dans la chambre d'hôtel depuis laquelle il a tiré dans le public d'un concert de musique country. Au moins huit armes à feu ont été retrouvées sur place. Sa conjointe, une femme asiatique nommée Marilou Danley, a été retrouvée à l'étranger. Selon les premiers éléments de l'enquête, elle n'est pas impliquée dans l'attaque.

La communauté internationale présente ses condoléances

A l'étranger, les réactions ont été nombreuses. La Maire de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé que la Tour Eiffel serait éteinte ce soir en hommage aux victimes des attaques de Las Vegas et Marseille. Le président de la République a par ailleurs dénoncé la "violence contemporaine" dont on été victime les Etats-Unis.

Sadiq Khan, le maire de Londres, a également exprimé ses condoléances, parlant "d'un triste jour pour la ville de Las Vegas"; un contraste fort par rapport à la réaction de Donald Trump lors de l'attentat de Londres en juin dernier.