La Chine et la Corée du Sud ont réimposé des fermetures dans certaines villes ce lundi 11 mai après qu'un pic de nouvelles infections du coronavirus [VIDEO] a fait craindre une deuxième vague de la pandémie. Au moins 15 cas de virus ont été confirmés à Shulan, en Chine, ce qui a incité les autorités à mettre en quarantaine 290 personnes, à appliquer la loi martiale et à verrouiller la ville du nord-est. Le gouvernement provincial du Jilin a déclaré la ville à haut risque de propagation de l'épidémie dimanche. Les trains et les véhicules, à l'exception de ceux utilisés par les sauveteurs d'urgence, n'ont pas été autorisés à entrer dans la ville.

Les résidents doivent rester chez eux, selon un rapport du journal d'État Capital News. Les ménages peuvent élire une personne pour acheter des produits essentiels, comme l'épicerie. Les élèves du secondaire qui ont récemment été autorisés à retourner en classe suivent à nouveau leurs cours en ligne. Les lieux de service public et de divertissement, tels que les centres sportifs et les bibliothèques, ont été temporairement fermés. En règle générale, les restaurants ne sont autorisés qu'à proposer des plats à emporter.

Le premier cas de la nouvelle flambée, qui a été détecté vendredi, concernait une femme de 45 ans

Alors que la recherche des contacts est en cours à Shulan, la vie revient lentement à la normale ailleurs dans le pays.

À Shanghai, Disneyland a commencé à rouvrir lundi avec des mesures de santé et de sécurité renforcées. Le parc limite le nombre de personnes autorisées à entrer; imposer une distance sociale dans les lignes, les restaurants et les véhicules roulants; et fréquemment des installations de désinfection et de désinfection, ont déclaré les exploitants du parc dans un communiqué.

Dans tout le pays, la Chine a signalé 17 nouveaux cas dimanche et aucun décès. Le nombre total de personnes infectées dans le pays depuis le début de l'épidémie en décembre a atteint 82 918, avec 4 633 décès.Pendant ce temps, la Corée du Sud, qui a assoupli les exigences de distanciation sociale la semaine dernière , a enregistré une hausse des cas liés aux boîtes de nuit à Séoul.

Mais les autorités ont averti qu'elles ne suggéraient pas qu'une deuxième vague de la pandémie commençait.

"La première vague n'est pas terminée et a fait une pause pour déclencher une autre pandémie", a déclaré Jung Eun-Kyeong, directeur général des Centers for Disease Control and Prevention de la Corée du Sud, à NBC News lors d'un briefing lundi.

La communauté médicale poursuit ses préparatifs pour une deuxième vague

Les bars et les clubs ont été temporairement fermés à Séoul en réponse à la nouvelle épidémie, qui a été retracée à un patient confirmé qui a visité une flopée d'établissements. Les personnes qui avaient visité les bars du quartier populaire des discothèques Itaewon ont été invitées à s'auto-isoler pendant 14 jours, qu'elles présentent ou non des symptômes, et à subir un test.

Le président Moon Jae-in a déclaré que cela nous rappelait que même si la propagation du virus a été contrôlée, il peut réapparaître à tout moment, en particulier dans les espaces clos et surpeuplés.

"Ce n'est pas fini tant que ce n'est pas fini. Tout en gardant une vigilance accrue jusqu'à la fin, nous ne devons jamais baisser la garde concernant la prévention des épidémies", a-t-il déclaré lors d'un briefing dimanche.

Dans tout le pays, 35 nouveaux cas ont été signalés lundi, portant le total depuis le début de l'épidémie à 10 909. Parmi ces patients, 9 632 se sont rétablis. Le bilan des morts est resté stable à 256 depuis vendredi.

Suivez la page Covid-19
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!