Le monde de l'information est complexe - et de fausses histoires et visuels sont souvent largement partagés sur les réseaux sociaux. L'équipe éditoriale de Blasting News repère chaque semaine les canulars et les informations trompeuses les plus populaires pour vous aider à discerner le vrai du faux. Voici les revendications les plus partagées de cette semaine, aucune d’elles n'est légitime.

ETATS-UNIS

Déclaration : Beyoncé est en fait une femme italienne nommée Ann Marie Lastrassi

Les faits : Dans un article partagé sur Twitter au début du mois de juin, KW Miller, un candidat au Congrès américain en Floride, a déclaré que "Beyoncé n'est même pas une Afro-Américaine." Selon lui, le vrai nom de la chanteuse est Ann Marie Lastrassi, et elle est née en Italie.

Vérité : L'idée que Beyoncé est en fait une Italienne nommée Ann Marie Lastrassi n'a aucune preuve à l'appui.

Beyoncé est née le 4 septembre 1981 à Houston, au Texas, de parents noirs, Tina et Mathew Knowles. Selon Snopes, “son ascendance remonte à son arrière-arrière-arrière-grand-mère, Rosalie Jean Louis, une esclave née en Louisiane en 1800, et Joseph Lacey, un riche marchand blanc et Louis, un propriétaire d'esclaves. "

ETATS-UNIS

Déclaration : Une fresque de l'aéroport de Denver de 1994 avec des enfants portant des masques ornés de drapeaux prouve que la pandémie était planifiée

Les faits : Une photo d'une fresque murale vraisemblablement exposée à l'aéroport international de Denver a été largement diffusée sur Facebook et Twitter cette semaine.

La fresque représente des enfants portant des masques avec des drapeaux de différents pays. La légende décrit: "La fresque de l'aéroport de Denver peinte en 1994. Dites-moi que ce n'est pas bizarre, jusqu'où planifient-ils ces choses à l'avance?"

La vérité : Ces messages sont faux. Le bureau des communications de l'aéroport international de Denver a déclaré à l'Associated Press que le tableau ne faisait pas partie de leur collection d'art.

Le tableau est réel et il a été dessiné en 2020, non pas en 1994. En février 2020, un artiste philippin du nom de Christian Joy Trinidad a partagé une photo de lui à côté du tableau, comme le rapporte The Associated Press. Le dessin s'appelle «Maskcommunication». L'œuvre a été soumise à un récent concours international d'art organisé par l'Indian Council for Cultural Relations sous le nom de «United Against Corona-Express through Art».

Le créateur de l'œuvre d'art n'est pas identifié : il y a une version signée par Trinidad, et une autre avec le nom «NEHA» qui apparaît dans le coin supérieur gauche du tableau, comme le rapporte FactCheck.org.

AMÉRIQUE LATINE

Déclaration : Une image montrant un écran vert derrière celle d'un cimetière dénonce le fait que les décès de coronavirus sont faux

Les faits : Une photo a été largement partagée sur Facebook. La photo est divisée en deux, la première image montrant des personnes en équipement de protection enterrant des victimes de Covid-19 dans un cimetière.

La seconde est la même scène mais dans un décor de cinéma avec un fond vert et des lumières. Une phrase sépare les deux images: «Tout cela n'est qu'un mensonge», se référant au nombre d'infections Covid-19.

La vérité : Comme le rapporte l'AFP Fact Check, l'image provient d'une séquence de la chaîne CNN diffusée le 3 avril 2020 intitulée «Le Brésil prépare des tombes, New York attend le pire et le plus récent du coronavirus». Les images montrent plusieurs clichés attribués à l’agence Reuters sous différents angles du même endroit, le cimetière de Vila Formosa à São Paulo, Brésil, selon AFP Fact Check.

Selon les recherches de l'AFP Fact Check, la deuxième photo utilise une photo Shutterstock, une plate-forme d'images gratuites, téléchargée par l'utilisateur Rashevskyi Viacheslav.

L'image originale montre un studio de cinéma avec un écran vert et des lumières. La photo partagée sur les réseaux sociaux est donc un collage d'une photo de Reuters montrant un cimetière au Brésil et a été placée sur une photo de Shutterstock utilisée comme arrière-plan pour affirmer que les victimes de Covid-19 n'étaient pas réelles. Selon Worldometers, il y a eu 66 868 décès à cause de Covid-19 au Brésil jusqu'à ce jour (8 juillet 2020).

ETATS-UNIS

Déclaration : Un manifestant a pointé une arme sur les propriétaires d’une maison qui menaçaient d'autres manifestants avec des fusils à Saint-Louis

Les faits : Une photo a été partagée sur les réseaux sociaux montrant un manifestant pointant une arme sur Mark McCloskey, 63 ans, et son épouse Patricia, 61 ans, qui sont sortis de chez eux avec des fusils à St Louis le 28 juin.

La légende décrit: «Jetez un œil… Certains disent pistolet… Certains disent microphone. On dirait une arme à feu de cet ange », le mot “angle” étant mal orthographié.

La vérité : Comme le rapportent Reuters et The Associated Press, l'image a été trafiquée. La photo originale a été prise par Lawrence Bryant pour Reuters et la légende décrit: «Patricia McCloskey et son mari Mark McCloskey pointent leurs armes à feu sur les manifestants, y compris un homme qui détient une caméra vidéo et un microphone, alors qu'ils entrent dans leur quartier lors d'une manifestation contre le maire de St . Louis, Lyda Krewson, à St. Louis, Missouri aux États-Unis, le 28 juin 2020. »

L'homme qui tient la caméra est Christopher Phillips, un journaliste basé à St.

Louis qui prenait des vidéos des protestations pour un documentaire, comme le rapporte The Associated Press. Pour prouver qu'il ne pointait pas d'arme sur le couple, ce dernier a tweeté les fabricants de sa caméra et de son microphone pour avoir la confirmation que ces produits provenaient de chez eux, explique The Associated Press.

ITALIE / ROYAUME-UNI

Déclaration : Des navires de guerre australiens ont bloqué un bateau d'immigrants illégaux

Les faits : Une photo d'un bateau coincé entre deux navires a été partagée plus de 15 000 fois sur Facebook, comme le rapporte Reuters.

La légende décrit: «Deux navires de guerre australiens ont bloqué un bateau chargé d'immigrants illégaux qui n'a pas répondu aux demandes d'arrêt dans leurs eaux. Les immigrants illégaux sont tous revenus de là où ils venaient, les membres de l'équipage ont été arrêtés et le bateau a été démonté pour la ferraille. Pourquoi le Royaume-Uni ne peut-il pas faire cela? ».

Un autre post sur Twitter d'un utilisateur italien dit: «Ne vous inquiétez pas, ce n'est pas en Italie, c'est en Australie: 2 navires militaires ont percuté un transporter chargé d'immigrants illégaux qui ne s'est pas arrêtés. Les immigrants illégaux ont tous été renvoyés, tous les membres de l'équipage ont été arrêtés et le transporter a été démoli.

»

La vérité : La photo a été utilisée pour faire l'éloge de la politique migratoire de tolérance zéro de l'Australie. En effet, si l'Australie a une politique migratoire très stricte depuis 2013 en interceptant des bateaux de réfugiés et en renvoyant des demandeurs d'asile vers des centres de rétention offshore, cette image n'est pas représentative d'un cas en Australie, comme le rapporte Libération et Reuters.

La photo a été prise en 2012 par un photographe japonais, Masataka Morita, et publiée par The Associated Press. Il ne s'agit pas d'un bateau de migrants mais d'un bateau de pêche, avec à bord des militants chinois qui tentaient de revendiquer l'île d'Uotsuri, dans la mer de Chine orientale, qui est sous la souveraineté japonaise mais revendiquée par la Chine et Taïwan.

Par conséquent, les deux autres bateaux sont deux gardes-côtes japonais qui ont arrêté les manifestants chinois qui avaient débarqué sur l'îlot et hissé un drapeau chinois pour revendiquer l'île.

BRESIL

Déclaration : Les gens devraient verser de l'eau de Javel dans le réseau d'égouts pour éviter la contamination du coronavirus

Les faits : Un message partagé dans des groupes WhatsApp au Brésil recommande que les gens mettent «une cuillère à soupe d'eau de Javel sur chaque drain de leurs toilettes, lavabos, baignoires, douches, lave-vaisselle» pour empêcher la prolifération du coronavirus. Comme justification, le texte déclare: «Les autorités néerlandaises ont découvert que le virus se développe et se multiplie dans le système des eaux usées.

Ils ont découvert que même les personnes confinées à leur domicile ont attrapé le virus et ont décidé de tester l'eau du système d'assainissement. Ils ont trouvé le virus Covid-19 actif dans les égouts. »

La vérité : Dans une interview à la radio CBN, les experts affirment que le virus n'a aucune capacité à infecter les eaux usées. «Tous les virus doivent être à l'intérieur d'une cellule pour survivre et se multiplier. Pour cette raison, les virus ne peuvent pas se multiplier dans l'eau ou les eaux usées », explique le virologue Rômulo Neris, doctorant à l'UFRJ. La pneumologue Patricia Canto Ribeiro, de l'École nationale de santé publique, dit que certaines études ont trouvé l'ARN du virus dans les eaux usées, mais qu '«il n'y a aucune preuve, du moins jusqu'à présent, qu'il soit infectieux».

Dans un communiqué, le ministère de la Santé a déclaré qu'"il n'est pas recommandé d'utiliser de l'eau de javel dans les drains, les baignoires, les douches et les lave-vaisselle dans les maisons pour éviter la contagion par le coronavirus".

ESPAGNE

Déclaration : Le fabricant Barbie a sorti une poupée qui promeut l'avortement

Les faits : Une publication sur Facebook affirme que le fabricant de Barbie publie une édition de la poupée pour que les enfants «jouent avec l'avortement». Le post montre une image d'une boîte à jouets avec l'inscription «Barbie avortement». À l'intérieur de la boîte se trouve une poupée avec un ventre amovible, un bébé noir à l'intérieur, un bébé blanc à côté et des ciseaux grandeur nature.

La vérité : Mattel, la société américaine qui produit Barbie, nie avoir créé ou soutenu la création de « Barbie Avortement». La poupée, a été créée par l'artiste conservateur William Sabatini, mieux connu sous le nom de Sabo, lors de la campagne électorale de 2014 aux États-Unis. L'image publiée sur les réseaux sociaux omet l'inscription: "Wendy Davis pour le Texas State Governor", présente dans le coin inférieur droit de la boîte. Davis était un sénateur de l'État du Texas qui s'est porté candidat au poste de gouverneur du Parti démocrate en 2014 et a été surnommé «Barbie Avortement» par certains détracteurs pour avoir préconisé l'avortement. Sabo a même publié une vidéo sur son profil sur YouTube détaillant le processus de fabrication de la poupée.

Ne manquez pas notre page Facebook!