Le monde de l'information est complexe - et de fausses histoires et visuels sont souvent largement partagés sur les réseaux sociaux. La deuxième vague de la pandémie frappe des pays comme le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Espagne et la France. En ces temps difficiles, les théories du complot et les fausses informations sont monnaie courante. C'est pourquoi l'équipe éditoriale de Blasting News repère chaque semaine les canulars et les informations trompeuses les plus populaires pour vous aider à discerner le vrai du faux. Pour ces raisons cette semaine, nous avons décidé d'écrire un résumé spécial COVID-19.

Voici les revendications les plus partagées de cette semaine, aucune d’elles n'est légitime.

Allemagne/France

Déclaration: Une lycéenne allemande est décédée à cause du masque facial obligatoire

Les faits: Une députée allemande de droite, Birgit Malsack-Winkemann, a mis en doute la mort d'une lycéenne allemande sur ses réseaux sociaux.

Elle se demandait s'il ne s'agissait pas de la "première mort due au masque" et a exhorté "à mettre fin à cette folie".

Vérité: Le 7 septembre, une fille allemande est décédée après avoir quitté son bus d'école. Les premiers résultats d'autopsie n'ont pas apporté de réponses convaincantes. Les experts ont enquêté pour savoir si la jeune fille avait des problèmes de santé sous-jacents, mais le port du masque n'a pas été cité comme une cause possible, explique Le Monde. Les effets secondaires du masque sont connus pour se limiter aux problèmes dermatologiques, à la conjonctivite et aux maux de tête, comme le rapporte Le Monde.

Cependant, aucun d'entre eux n'est mortel. Birgit Malsack-Winkemann a été invitée à supprimer son message et s'est excusée suite à la demande du représentant de son parti régional, Uwe Junge.

France

Déclaration: La pandémie est terminée en France

Les faits: Une photo d'un flyer français a été largement diffusée sur les réseaux sociaux.

Le titre déclare: «L'épidémie est terminée!». Le document étaye son affirmation avec un graphique des hospitalisations quotidiennes et ajoute des citations de médecins telles que «nous n'avons pas d'épidémie infectieuse, nous avons une épidémie d'anxiété».

Vérité: Comme le rapporte Le Monde, le graphique est obsolète car il montre les résultats de fin août.

Ainsi, il ne représente pas la situation actuelle. Au 22 septembre, les nouvelles hospitalisations, les admissions en réanimation et les nouveaux décès montrent tous une croissance considérable, indique Le Monde.

Etats-Unis

Déclaration: Les données annuelles sur les décès montrent que 2020 a l'un des taux les plus bas de ces dernières années

Les faits: Une capture d'écran d'un site Web de recherche de données appelé Macrotrends a publié des données annuelles sur les décès qui montrent que 2020 a l'un des taux les plus bas depuis 70 ans en mettant de côté les années entre 2016 et 2019.

Vérité: Les données proviennent d'une étude réalisée en 2019, soit avant la pandémie, par Macrotrends. Sur la page officielle, un avis de non-responsabilité semble déclarer que ces données ne tiennent pas compte des décès COVID-19, comme le dit Reuters.

Ces données sont une projection basée sur les données enregistrées des années précédentes, avant que la pandémie ne frappe le monde. Elles ne sont donc pas représentatives du taux de mortalité actuel.

Royaume-Uni

Déclaration: Les tests de COVID-19 au Royaume-Uni sont liés à la législation sur les données biométriques

Les faits: Les publications partagées sur Facebook et Twitter affirment que les tests de COVID-19 au Royaume-Uni font partie d'un complot visant à collecter les données biométriques des personnes. Certains articles incluent une capture d'écran du site Web du gouvernement qui documente la nouvelle législation et montre un nouveau texte de loi intitulé «Règlement 2020 sur le coronavirus (conservation des empreintes digitales et des profils ADN dans l'intérêt de la sécurité nationale) (n ° 2)».

Vérité: Selon le ministère de l'Intérieur, tel que rapporté par Reuters, la législation à laquelle les messages se réfèrent concerne le prolongement des délais de conservation des données biométriques conservées par la police antiterroriste pour la sécurité nationale. Par conséquent, il n’existe aucun lien entre la législation et le test de COVID-19, et encore moins un plan de collecte de données biométriques sur les personnes.

Russie/Indénosie

Déclaration: 200 corps de victimes du coronavirus ont été jetés dans un camion poubelle en Russie

Les faits: Une vidéo partagée des milliers de fois sur Facebook et Twitter prétend montrer les corps de 200 victimes de coronavirus en train d'être jetés dans un camion à ordures en Russie.

Vérité: Selon AFP Fact Check, une recherche d'image inversée a trouvé une vidéo similaire, tournée sous un angle différent, publiée par le site russe Mash sur Facebook le 4 septembre dernier. La légende de la publication décrit: «Et de telles scènes incroyables se déroulent aujourd'hui à l'Institut clinique M. Vladimirsky (MONIKI) à Moscou. Les passants pensaient que quelqu'un volait des cadavres à la morgue locale, mais tout s'est avéré beaucoup moins effrayant. Le tournage du clip vidéo est en cours. » La chaîne de télévision russe REN TV Husky a également rendu compte du sujet et a précisé que les images faisaient partie d'un nouveau clip musical du rappeur Husky.

Espagne

Déclaration: L'ONU a admis que le «vaccin Bill Gates» est à l'origine d'une épidémie de polio en Afrique

Les faits: Des messages circulant sur Facebook affirment qu'un «vaccin Bill Gates» a provoqué une épidémie de polio en Afrique.

Les messages affirment également que cette information a été confirmée par l'ONU.

Vérité: Selon l'OMS, lorsqu'une personne reçoit un vaccin antipoliomyélitique oral, les restes de l'agent pathogène sont excrétés dans les fèces. S'il n'y a pas de bon assainissement dans la zone où la vaccination a eu lieu, le virus vaccinal peut se propager parmi la population avant de mourir. Selon les informations de l'agence espagnole de vérification des faits Newtral, l'OMS reconnaît qu'entre mars et avril de cette année, deux cas isolés de poliovirus circulant dérivé d'un vaccin (PVDVc) sont survenus au Soudan, provoquant la paralysie chez un enfant de 3 ans et un autre de 4 ans. L'épisode, cependant, ne représente pas une épidémie, comme le prétendent les publications sur les réseaux sociaux, et encore moins a une relation directe avec le milliardaire et philanthrope Bill Gates.

Amérique Latine

Déclaration: La pandémie de COVID-19 n'a pas atteint Shanghai ou Pékin

Les faits: Un message partagé sur Facebook affirme que le nouveau coronavirus "a parcouru des milliers de kilomètres de Wuhan" vers des villes comme Milan, New York et São Paulo, mais n'aurait pas atteint Pékin ou Shanghai, les deux métropoles les plus importantes de Chine.

Vérité: Selon les informations du service de vérification des faits du journal péruvien La República, la déclaration est fausse. Les données de l'Université Johns Hopkins montrent que plus de 900 cas et 7 décès ont été enregistrés à Shanghai, tandis que Pékin comptait plus de 900 cas confirmés et 9 décès.

Etats-Unis

Déclaration: Les derniers mots de Steve Jobs étaient un essai sur la richesse.

Les faits: Un essai a été partagé sur les réseaux sociaux sur la richesse et le sens de la vie. Cette leçon de vie serait les derniers mots du co-fondateur d'Apple et ancien PDG, Steve Jobs, avant sa mort le 5 octobre 2011. Le premier paragraphe du texte décrit: "À d'autres yeux, ma vie est l'essence du succès, mais mis à part du travail, j'ai un peu de joie, et à la fin la richesse n'est qu'une réalité de la vie à laquelle je suis habitué. En ce moment, allongé sur le lit, malade et me souvenant de toute ma vie, je me rends compte que toute ma reconnaissance et ma richesse n'ont pas de sens face à une mort imminente".

Vérité: Comme le rapporte Reuters, il n'y a aucune preuve que Steve Jobs ait dit ces mots.

De plus, la sœur de Jobs, Mona Simpson, a partagé ses derniers mots lors de l'éloge funèbre qu'elle a prononcée le 16 octobre 2011 et a déclaré: "Les derniers mots de Steve, quelques heures plus tôt, étaient des monosyllabes, répétés trois fois. Avant de s’embarquer, il avait regardé sa sœur Patty, puis pendant longtemps ses enfants, puis la partenaire de sa vie, Laurene, puis par-dessus leurs épaules. Les derniers mots de Steve ont été: OH WOW. OH WOW. OH WOW."

Etats-Unis

Déclaration: Kamala Harris a fait la promotion des armes à feu en disant: «J'aime prendre les armes tôt».

Les faits: Plusieurs articles sur les réseaux sociaux affirment que la sénatrice américaine et candidate démocrate à la vice-présidence, Kamala Harris, a déclaré: "Prenez les armes en premier.

Passez ensuite par la procédure régulière, j'aime prendre les armes tôt."

Vérité: Comme le dit Reuters, cette citation a été mal attribuée car c'est le président américain Donald Trump qui a dit cela et non Kamala Harris. Trump a prononcé ces mots en février 2018 lors d'une discussion à la Maison Blanche sur le contrôle des armes à feu après la fusillade au lycée Stoneman Douglas qui a tué 17 personnes à Parkland, en Floride. De son côté, Kamala Harris avait promis lorsqu'elle était candidate à la présidentielle, en avril 2019, de donner au Congrès 100 jours pour adopter des lois sur la sécurité des armes à feu. Elle a donc une opinion rigide sur les armes à feu, comme le rapporte Reuters.

Ne manquez pas notre page Facebook!