En août 2018, Greta Thunberg, alors âgée de 15 ans, a organisé un sit-in devant le parlement suédois afin de lutter contre la crise climatique. Suite à cela, le mouvement Fridays For Future est né. Désormais, des jeunes de 215 pays se réunissent chaque vendredi à travers le monde en manifestant devant leurs écoles, leur parlement national ou leur mairie locale. Helena Marschall a été une pionnière du mouvement en Allemagne. En 2018, elle a fait sa première grève accompagnée de plusieurs autres jeunes et n'a pas arrêté depuis. Etant désormais étudiante en économie, elle est convaincue que «les jeunes confrontés à cette crise peuvent décider qu'ils peuvent encore résoudre ce problème».

Dans une interview exclusive pour BlastingTalks, Helena Marschall nous montre le pouvoir qu'une génération peut avoir sur leurs gouvernements et leurs politiciens.

Elle nous prouve qu'il y a «tellement de potentiel chez chaque jeune» pour faire pression sur les dirigeants politiques pour les inciter à prendre des mesures concrètes afin de limiter le réchauffement climatique.

Blasting News: Helena, vous êtes responsable des relations publiques à l'échelle nationale pour Fridays for Future Allemagne Quand avez-vous rejoint Fridays for Future et pourquoi ?

Helena Marschall: Tout a commencé en 2018 lorsque j'ai lu des articles et le résumé du rapport spécial du GIEC sur le 1,5 degré.

Cela m'inquiétait vraiment parce que ce que disaient les meilleurs scientifiques semblait assez clair et pourtant personne ne faisait rien. J'étais dans un état de déception. J'ai vu toutes ces ONG, tous ces gens essayer de faire bouger les choses pour le climat, et cela ne fonctionnait manifestement pas.

Je ne pensais pas vraiment pouvoir faire quoi que ce soit pour changer la situation.

Et puis à l'automne de cette année-là, Greta Thunberg a commencé à faire grève et beaucoup d'autres personnes dans le monde ont commencé la grève scolaire. Ensuite, Greta a pris la parole en Pologne à la COP24 et son discours a fait le tour du monde. C’est là que j’ai réalisé qu’en Allemagne, beaucoup de gens ressentaient exactement la même chose que moi.

Nous avons tous commencé à créer ces groupes WhatsApp et à simplement ajouter des personnes. En quelques jours, nous avons eu notre première grève scolaire, la toute première grève de Fridays for Future en Allemagne. Après cela, je ne me suis pas vraiment arrêté. La grève scolaire me semblait vraiment puissante et je ressentais qu'elle avait le potentiel de faire quelque chose.

Vous venez de terminer vos études secondaires et commencez vos études en économie. Pourquoi ce choix ? Avez-vous choisi ce sujet pour continuer votre lutte contre le changement climatique ?

Je pense évidemment beaucoup à la crise climatique et j'ai beaucoup travaillé pour la contourner ces deux dernières années, c'est donc un aspect qui me vient à l'esprit en tant qu'étudiant en théorie économique.

En effet, la crise climatique changera la façon dont nous vivons dans notre société, mais elle changera également notre système économique. La question est de savoir à quoi ressemblera ce changement et comment y arriver. En étudiant l’économie, je cherche des réponses à ces questions. Ce qui est absolument clair, c'est que ce n'est pas une question de climat ou d'économie. Il s'agit de faire face à la crise climatique et de prendre toutes les mesures nécessaires pour y mettre un terme.

La plupart des membres de la FFF sont des adolescents ou de jeunes adultes, la génération qui sera la plus touchée par le réchauffement climatique. Vous êtes-vous déjà senti mal écoutée ou dénigrée en raison de votre âge ou cela crée-t-il l'effet inverse ?

Bien sûr, nous recevons des commentaires comme quoi nous ne savons pas de quoi nous parlons en tant que jeunes. Cependant, je pense que ce qui anime l'esprit des gens et de la majorité de la société, ce sont les histoires que nous racontons sur nous-mêmes. Je pense qu'en tant que jeunes qui regardent cette crise, nous pouvons décider que nous devons résoudre ce problème, que nous pouvons encore sauver beaucoup de cette crise. Nous devons raconter nos histoires de manière authentique, en étant vulnérable et en montrant notre peur et notre colère, mais aussi notre détermination. À cet égard, notre âge et notre façon de voir le monde sont un immense avantage.

FFF s'est implantée dans 215 pays. Comment est-ce arrivé ?

Quel est le principal argument pour convaincre les jeunes du monde entier de se mettre en grève tous les vendredis ?

Je ne pense pas qu'il faille trouver le meilleur argument ou le plus convaincant. Je pense que beaucoup de jeunes ressentent déjà la même chose que ce que j'ai ressenti auparavant, l'envie de «descendre dans la rue». Les jeunes du monde entier peuvent déjà voir la crise climatique, qu'ils soient eux-mêmes déjà affectés par des vagues de chaleur ou des catastrophes naturelles ou qu'ils la voient simplement aux informations. Je pense que ce mouvement est donc bien plus pour nous les jeunes, une manière d'avoir enfin une manière d'agir. Cela nous donne un exutoire pour notre colère et notre peur afin de les utiliser efficacement contre le changement climatique.

Il ne s'agit donc pas tant de voyager individuellement et de parler à des gens de tous ces pays, c'est bien plus. Le mouvement a commencé parce que les jeunes inspirent d'autres jeunes. Nous gagnons notre force grâce à nous-mêmes, et par notre génération.

Si quelqu'un est un peu réticent à entreprendre des actions comme faire la grève devant les écoles, quelles alternatives recommandez-vous ?

Je ne me suis pas qualifié d'activiste pour le climat pendant longtemps parce que je trouvais que cela avait l'air très exclusif. On dirait que vous devez être qualifié d'une manière ou d'une autre pour devenir un «activiste». Mais non, je ne suis qu'une jeune personne déterminée qui a appris sur le moment.

En planifiant nos premières démonstrations, nous y sommes parvenus. Je pense donc que dans de nombreux endroits, nous devons croire que les gens ordinaires peuvent être extraordinaires. Il existe de nombreuses façons de faire des changements politiques, d'effrayer les dirigeants politiques et de les amener à agir. Je pense que la meilleure et première étape est de parler à d'autres jeunes déjà impliqués dans des mouvements de votre communauté.

Face au COVID-19, vous avez organisé des «grèves numériques». Cette période a-t-elle fait perdre aux gens leur motivation à lutter contre le changement climatique ?

Il est facile de faire des choses en ligne, mais ce n'est pas aussi efficace parce que vous êtes toujours coincé dans votre propre bulle de communication.

Lorsque nous faisons la grève en ligne, c'est un excellent moyen pour nous de nous rassembler et d'être ensemble en tant que mouvement, mais ce n'est évidemment pas la meilleure façon de créer quelque chose dont les médias ou la presse parleront. Le COVID nous a obligés à repenser beaucoup de choses que nous faisons, comme tant d'aspects de nos vies. Donc, au lieu d'organiser des manifestations de masse, nous avons fait des actions avec moins de monde. Par exemple, en avril de l'année dernière, nous avons placardé 10 000 pancartes devant notre Parlement. Nous avons également innové à travers toutes sortes d'actions artistiques ou en faisant des manifestations à vélo pour créer plus de distance entre les gens.

En mars 2021, FFF lancera une grève mondiale contre le climat intitulée «No More Empty Promises». Cette grève vise à montrer du doigt les grands acteurs du monde politique et commercial, pour leur montrer qu'ils n'atteignent pas leurs objectifs tels que ceux définis dans l'Accord de Paris. Quels sont exactement ces «promesses vides» et quels sont les objectifs urgents qui doivent être fixés pour sauver la vie humaine sur la planète Terre?

Nous voyons beaucoup de gouvernements et beaucoup de chefs d'entreprise comprendre enfin la réalité de la crise climatique ou du moins le prétendre. Nous voyons beaucoup de promesses et d'objectifs se fixer comme la neutralité climatique pour 2050 ou cette réduction de CO2 d'ici 2030.

C'est une étape importante et c'est formidable, mais si nous restons en ligne avec l'objectif de 1,5 degré, cela dépend de ce que nous faisons pour réduire les émissions correctement dès maintenant. Dans de nombreux endroits, les dirigeants élus qui peuvent être au gouvernement pendant quatre ans se fixent des objectifs pour 2050. Donc, à certains égards, cela semble plus facile que de prendre des mesures concrètes que nous devons voir émerger dès maintenant. Tel est notre message: nous avons besoin d'objectifs et de promesses, mais ce dont nous avons encore plus besoin, ce sont des mesures concrètes prises dès maintenant pour réduire considérablement les émissions dès l'année prochaine.

Douze militants pour le climat de la FFF ont écrit une lettre publiée sur Reuters au président américain Joe Biden et au vice-président Kamala Harris appelant à une action urgente.

Tout d'abord, que pensez-vous du retour de Biden à l'Accord de Paris et de ses promesses / objectifs climatiques?

J'ai de l'espoir, mais je pense aussi que ce n'est pas suffisant. Avec le président Biden, nous sommes beaucoup plus susceptibles de rester en phase avec l'accord de Paris en tant que communauté internationale qu'avec le président Trump. Nous considérons le climat comme faisant partie de son programme principal, et c'est vraiment encourageant. Mais en même temps, c'est loin d'être suffisant pour ce qui doit être fait. Heureusement, il y a tous ces jeunes et ces énormes mouvements aux États-Unis qui poussent également à un changement radical.

Dans la lettre, une phrase est: «la crise est raciste, sexiste et élitiste».

Pourriez-vous développer cela ? Quelle serait la meilleure façon de lutter pour la justice climatique ?

Je pense que nous pouvons voir que maintenant, avec la pandémie, les personnes qui étaient déjà les plus à risque avant, sont également les plus durement touchées par la pandémie. Nous avons donc vu des personnes plus pauvres, des femmes, des personnes de couleur, être affectées de manière disproportionnée par les effets de cette crise. C'est la même chose avec la crise climatique: les personnes qui sont déjà en quelque sorte victimes d'injustice dans notre système actuel ressentiront plus durement les effets de multiples couches d'injustice. Par exemple, les quartiers les plus pauvres ont souvent moins d'arbres et sont donc plus durement touchés par les vagues de chaleur.

Ce n'est qu'un exemple des raisons pour lesquelles nous parlons de justice climatique, et pas seulement de lutte contre le changement climatique. Nous devons prendre en compte l'injustice actuelle lorsque nous proposons des solutions à la crise climatique.

La plupart des pays touchés sont sous-représentés. Comment donner une meilleure voix aux communautés qui ne peuvent pas participer à des sommets ou des pourparlers, ou même utiliser des outils numériques pour faire entendre leur voix ?

Ils ont une voix, mais cela dépend de savoir à quel point nous sommes prêts à leur donner une plateforme et à quel point nous sommes prêts à les écouter. C'est le rôle des gouvernements et des institutions de ne pas simplement inviter les militants blancs les plus en vue. Les médias ont également un rôle énorme à jouer ici. Avant Greta Thunberg, il y avait eu des grèves pour le climat dans les écoles aux États-Unis menées principalement par des militants noirs, autochtones et de couleur (BIPOC), mais nous n'avons pas vu beaucoup de reportages à leur sujet. Nous constatons qu'il y a une attention disproportionnée dans les médias lorsque les militants des communautés privilégiées parlent alors que nous devrions vraiment nous tourner vers les personnes déjà touchées par la crise climatique qui peuvent en parler et raconter des histoires avec tellement plus d'authenticité que nous.

Évidemment, pour ma part, j'ai peur et j'ai une peur légitime de la crise climatique, mais les gens dont les maisons sont déjà ravagées par la crise climatique sont en première ligne, et ils choisissent toujours d'agir contre elle. Je pense que ce sont ces voix vraiment puissantes que nous devrions écouter.

Suivez la page BlastingTalks
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!