Le monde de l'information est complexe, et de fausses histoires et visuels sont souvent largement partagés sur les réseaux sociaux. L'équipe éditoriale de Blasting News repère chaque semaine les canulars et les informations trompeuses les plus populaires pour vous aider à discerner le vrai du faux. Voici les revendications les plus partagées de cette semaine, aucune d’elles n'est légitime.

USA

Une jeune femme de 20 ans n'a pas été sélectionnée pour être le premier humain à se rendre sur Mars

Les faits : Des messages partagés sur les médias sociaux affirment qu'une femme de 20 ans appelée Alyssa Carson se prépare à devenir le premier humain à aller sur Mars. "Rencontrez Alyssa Carson, elle ne peut pas se marier, elle ne peut pas avoir d'enfants.

Elle se prépare à devenir le premier humain sur Mars et elle ne reviendra jamais sur Terre", peut-on lire sur les posts.

La vérité : Selon les informations figurant sur son site officiel, Alyssa Carson a effectivement l'ambition de devenir astronaute et de participer au programme spatial qui emmènera les premiers humains sur Mars. Dans une déclaration à Reuters, la Nasa a toutefois indiqué qu'elle n'avait actuellement aucune "relation officielle avec Mme Carson" et que les affectations des équipages pour les missions vers Mars n'ont pas encore été effectuées.

Monde

La panne mondiale d'Internet n'a pas été causée par une cyberattaque

Les faits : Un message partagé sur Twitter prétend que la panne mondiale d'Internet qui a mis hors service certains des plus grands sites Web du monde le mardi 8 juin a été causée par une cyberattaque. Avec le logo de pages telles que Reddit, Amazon et CNN, le message se lit comme suit : "Suite à une attaque massive de pirates informatiques qui s'est produite il y a quelques minutes, de nombreux sites affectés sont maintenant hors ligne.

L'intensité de l'attaque n'est pas encore claire, mais de nombreuses pages populaires, des réseaux sociaux et des sites gouvernementaux sont compromis."

La vérité : Contrairement à ce que prétend le post partagé sur les médias sociaux, le problème a été causé par un bug dans les serveurs de la société de cloud computing Fastly, qui héberge des sites tels qu'Amazon, le New York Times et le site officiel du gouvernement britannique.

Dans un message publié sur son profil Twitter officiel peu après la détection du problème, l'entreprise a déclaré : "Nous avons identifié une configuration de service qui a déclenché des perturbations dans nos POP à l'échelle mondiale et nous avons désactivé cette configuration. Notre réseau mondial est de nouveau en ligne".

Corée du Sud

Le journaliste du NYT n'a pas dit que Trump sera rétabli dans ses fonctions de président des États-Unis d'ici le mois d'août

Les faits : Des messages partagés sur Facebook citent un tweet de la journaliste du New York Times Maggie Haberman pour affirmer que Donald Trump sera "rétabli" dans ses fonctions de président des États-Unis d'ici août 2021.

La vérité : Dans une déclaration à l'AFP, Maggie Haberman a démenti l'information partagée sur les médias sociaux. Sur son compte Twitter, la journaliste avait seulement posté le message suivant sur le sujet : "Trump a dit à un certain nombre de personnes avec lesquelles il est en contact qu'il s'attend à être réintégré d'ici le mois d'août (non ce n'est pas comme ça que ça marche mais je partage simplement l'information)." Trump a perdu l'élection présidentielle américaine de 2020 face à Joe Biden et, selon la Constitution américaine, il ne peut revenir à la Maison-Blanche que s'il remporte une nouvelle élection.

Espagne/Argentine

La Finlande n'a pas adopté de nouvelle loi punissant de peines de prison les journalistes qui diffusent des "Fake News"

Les faits : Un message partagé sur Facebook affirme que la Finlande a récemment adopté une nouvelle loi sur les médias qui punit de peines de prison les journalistes qui diffusent de fausses informations.

Le message affirme même que des dizaines de journalistes ont déjà été arrêtés dans le pays sur la base de cette nouvelle loi.

La vérité : Dans une déclaration à l'agence espagnole de vérification des faits Newtral, le service de communication du ministère finlandais de la justice a assuré qu'aucune loi de ce type n'a été adoptée récemment dans le pays et qu'aucun journaliste n'a été arrêté pour avoir diffusé des fausses nouvelles.

Pérou

Il est faux que le rapport électoral indiquant 100% de votes pour Pedro Castillo indique une fraude lors des élections au Pérou

Les faits : Un post sur Facebook partage une image d'un rapport électoral avec 100% des votes pour Pedro Castillo, qui a défié Keiko Fujimori au second tour de l'élection présidentielle au Pérou, et affirme que cela serait une preuve de fraude électorale.

La vérité : Premièrement, le rapport électoral est un document qui contient les votes de chaque bureau de vote dans les centres de vote au Pérou. Le rapport montré dans l'image du post appartient à la région de Cajamarca, province de San Ignacio, district de Huarango, où il y avait six bureaux de vote. Le document appartient spécifiquement au bureau de vote numéro 013376, où il y avait 300 électeurs inscrits, dont seulement 187 se sont présentés. Sur son compte Twitter officiel, l'Office national des processus électoraux (ONPE) du Pérou a déclaré : "il n'y a pas de place pour le doute concernant les nombres de votes enregistrés dans les rapports électoraux. Ce document est signé par les trois membres de la table.

De plus, il n'y a aucune observation de la part d'aucun des partis."

Afrique

Les dirigeants africains n'ont pas été tués pour s'être opposés à la vaccination contre le COVID-19

Les faits : Un message partagé sur Facebook affirme que quatre dirigeants africains décédés ces derniers mois ont en fait été assassinés pour s'être opposés à la vaccination contre le COVID-19. Le message montre les visages de John Magufuli, président de la Tanzanie, Hamed Bakayoko, premier ministre de la Côte d'Ivoire, Ambrose Dlamini, premier ministre de l'eSwatini, et Pierre Nkurunziza, président du Burundi.

La vérité : Contrairement à ce que prétend le post partagé sur les médias sociaux, aucun des quatre hommes politiques n'a été tué.

John Magufuli, un sceptique du COVID-19, est mort le 17 mars 2021, à l'âge de 61 ans. Bien qu'un problème cardiaque ait été officiellement désigné comme la cause de la mort du président tanzanien, certains politiciens de l'opposition avaient suggéré qu'il avait contracté le COVID-19. Hamed Bakayoko, qui n'était pas un négationniste de la pandémie et cherchait à faire vacciner la population de Côte d'Ivoire, est mort le 11 mars 2021, à l'âge de 56 ans, des suites d'un cancer. Il se trouvait dans un hôpital de la ville allemande de Freiburg. Ambrose Dlamini est mort le 13 décembre 2020, à l'âge de 52 ans, deux semaines après avoir contracté le COVID-19. Le premier ministre eSwatini n'était pas un négationniste de la pandémie et s'est battu pour la mise en place de mesures de lutte contre le COVID-19 dans son pays.

Enfin, Pierre Nkurunziza est décédé le 8 juin 2020, à l'âge de 55 ans. Officiellement, le décès du président burundais a été causé par une crise cardiaque.