Le monde de l'information est complexe, et de fausses histoires et visuels sont souvent largement partagés sur les réseaux sociaux. L'équipe éditoriale de Blasting News repère chaque semaine les canulars et les informations trompeuses les plus populaires pour vous aider à discerner le vrai du faux. Voici les revendications les plus partagées de cette semaine, aucune d’elles n'est légitime.

Monde

Le lauréat du prix Nobel n'a pas dit que les personnes vaccinées contre le COVID-19 mourront dans les deux ans

Faits : Des messages partagés sur Facebook et WhatsApp affirment que le virologue français et prix Nobel Luc Montagnier a déclaré dans une récente interview que toutes les personnes ayant reçu le vaccin COVID-19 mourront dans les deux ans.

"Il n'y a aucun espoir et aucun traitement possible pour ceux qui ont déjà été vaccinés. Nous devons être prêts à incinérer les corps", aurait déclaré Montagnier.

Vérité : Les messages partagés sur les médias sociaux font référence à une interview de Montagnier publiée le 18 mai dernier sur le site de la fondation anti-immigration RAIR Foundation USA. Dans cette interview, le médecin, qui a reçu le prix Nobel de médecine en 2008 - avec Françoise Barré-Sinoussi et Harald zur Hausen - pour la co-découverte du VIH, a critiqué la vaccination de masse COVID-19, affirmant qu'elle pourrait générer davantage de variants et aggraver la pandémie.

Cependant, il n'indique nulle part dans l'interview que les personnes qui reçoivent les vaccins COVID-19 mourront dans les deux ans. La Fondation RAIR USA a même publié une déclaration niant que l'affirmation partagée sur les médias sociaux faisait partie de l'interview originale de Montagnier.

USA

L'assurance vie ne sera pas refusée aux personnes ayant reçu les vaccins COVID-19

Faits : Des messages partagés sur Instagram affirment que les compagnies d'assurance-vie refusent de verser des indemnités aux personnes décédées qui avaient reçu le vaccin COVID-19.

La légende de l'un de ces messages indique que le refus de la compagnie d'assurance est dû au fait que la personne décédée avait "volontairement pris un vaccin expérimental."

Vérité : Début mars, lorsque la rumeur a commencé à se répandre sur les médias sociaux, l'American Council of Life Insurers (ACLI) a fait la déclaration suivante : "Le fait est que les assureurs-vie ne tiennent pas compte du fait qu'un assuré a reçu ou non un vaccin COVID lorsqu'ils décident de payer ou non un sinistre.

Les contrats d'assurance-vie sont très clairs sur le fonctionnement des polices et sur la cause, s'il y en a une, qui peut entraîner le refus d'une prestation. Un vaccin contre le COVID-19 n'en fait pas partie. Les assurés doivent être assurés que rien n'a changé dans le processus de paiement des sinistres suite à la vaccination contre le COVID-19."

USA

Lego ne commercialise pas de "briques non genrées"

Les faits : Des messages partagés sur Facebook affirment que la société danoise Lego lance une nouvelle gamme "non genrée" de ses célèbres blocs de construction. Les posts présentent une image d'une brique bleue lisse et la légende suivante : "Lego dévoile de nouvelles briques non genrées, sans connecteurs mâle/femelle".

Vérité : Tant la fausse affirmation que l'image partagée sur les médias sociaux sont tirées d'un article publié le 20 mai sur le site satirique Babylon Bee.

Royaume-Uni

Une baisse des cas de COVID-19 à la suite de la manifestation contre le confinement ne signifie pas que les masques et la distanciation sociale sont inutiles

Faits : Des messages sur Twitter et Instagram prétendent qu'une baisse du nombre de cas de COVID-19 au Royaume-Uni dans les semaines qui ont suivi un rassemblement anti-confinement qui a réuni environ 10 000 personnes à Londres le 24 avril est une preuve que les masques, les vaccins et la distanciation sociale sont inutiles.

Vérité : Dans une interview accordée à Reuters, le Dr Paul McKay, chercheur sur les vaccins à l'Imperial College de Londres, a déclaré que l'impact de 10 000 manifestants au niveau de la population serait trop faible pour être remarqué.

"Sur l'ensemble de la période, des milliers de personnes ont été testées positives chaque jour. L'ajout de quelques centaines ou même milliers de personnes provenant de cette petite manifestation ne serait très probablement même pas visible sur un tableau d'infection, à moins que toutes les infections ne proviennent d'une localité spécifique", a-t-il déclaré. M. McKay souligne également que la manifestation s'est déroulée en plein milieu d'une vaccination de masse au Royaume-Uni, qui protège des centaines de milliers de personnes contre les symptômes plus graves du COVID-19.

Portugal

La vidéo ne montre pas de fans de Chelsea en train de vandaliser des locaux à Porto

Faits : Des messages sur Twitter et Facebook ont partagé une vidéo montrant des dizaines de supporters de Chelsea en train de chanter sur une place, avec des tables et des chaises jetées dans tous les sens et des verres et des bouteilles éparpillés sur le sol.

Certains supporters sont montrés en train de jeter des chaises et des bouteilles. Selon les posts, la scène a été enregistrée dans la ville de Porto, au Portugal, où l'équipe londonienne a remporté le 29 mai la Ligue des champions 2021.

Vérité : Une recherche inversée d'images montre que la vidéo a été initialement publiée le 24 janvier 2016 sur Twitter, suivie de la légende : "je viens de trouver cette vidéo de Munich, en Allemagne". L'enregistrement a été réalisé en mai 2012, lorsque Chelsea a battu le Bayern Munich à l'Allianz Arena, à Munich, et a remporté sa première Ligue des champions.

Brésil

En Italie, les pharmacies ne distribuent pas gratuitement de l'hydroxychloroquine pour lutter contre le COVID-19

Faits : Un article partagé sur Facebook, Instagram et WhatsApp affirme que des pharmacies en Italie distribuent gratuitement de l'hydroxychloroquine - un médicament utilisé depuis des décennies pour prévenir et traiter le paludisme et certaines maladies auto-immunes, notamment la polyarthrite rhumatoïde et le lupus - aux patients atteints du COVID-19 qui sont traités à domicile.

Vérité : les informations diffusées sur les médias sociaux sont fausses. Depuis décembre 2020, l'utilisation de l'hydroxychloroquine n'est plus indiquée par l'Agence italienne du médicament (Aifa) pour le traitement du COVID-19. Ce médicament a toutefois été distribué au début de la pandémie dans le Piémont, au nord-ouest de l'Italie, jusqu'au 29 mai 2020, date à laquelle l'Aifa a suspendu l'autorisation de l'utiliser pour le traitement du Covid-19 en dehors des essais cliniques. Sur la base de dizaines d'études menées depuis le début de la pandémie, l'OMS et la FDA ne recommandent pas l'utilisation de l'hydroxychloroquine ou de la chloroquine pour le traitement ou la prévention du Covid-19.

Corée du Sud

La photo ne montre pas la construction de Stonehenge dans les années 1950

Les faits : Une série de photos en noir et blanc ont été diffusées sur les médias sociaux, affirmant qu'elles montraient Stonehenge, un monument préhistorique situé dans le sud de l'Angleterre, construit par des militaires britanniques en 1954.

Vérité : Les images publiées comme preuve que le monument a été construit au milieu du XXe siècle montrent en fait des travaux de conservation effectués sur le site dans les années 1950. Nombre de ces images se trouvent sur le site Web d'English Heritage, l'organisation caritative qui gère la plupart des monuments, bâtiments et lieux historiques de Grande-Bretagne, dont Stonehenge.

Selon English Heritage, le monument a été construit à l'époque néolithique, vers 2 500 ans avant Jésus-Christ.