À ce jour, l'impression de tissu osseux comprenait des corps étrangers ou des composants synthétiques à introduire dans le corps humain. Récemment, Les chercheurs australiens de l’université de Nouvelles-Galles du Sud ont pu développer une nouvelle technique médicale d'impression 3D qui consiste à imprimer directement en 3D des os dans le corps humain à température ambiante en associant une encre céramique à des cellules vivantes. Avec cette innovation, ils peuvent imprimer directement l'os dans le corps de leur patient évitant l'utilisation de produits chimiques agressifs.

Imprimer des os dans le corps humain

Dans ce domaine, cette technologie d’impression médicale 3D n’est pas un concept nouveau, elle continue à faire des progrès très impressionnants à l’instar de l’impression alimentaire 3D qui permet actuellement de créer des ingrédients sous forme de gel, citons à titre d’exemple, la première opération de greffe de visage et de main au monde, rendue possible en grande partie par l’impression 3D. En Australie, des chercheurs ont inventé une nouvelle technique d’impression des os grâce à une encre céramique. Dans un communiqué qui a été diffusé dans la revue "Advanced Functional Materials", ils ont dévoilé les caractéristiques de cette fameuse encre qui est d’incorporer dans la structure des os des cellules vivantes.

Or, ces cellules peuvent se multiplier durant une certaine période pour une viabilité allant jusqu’à 95 %!

Cette encre céramique présente des avantages indéniables et pourrait sauver des vies

Jusqu’à présent, l’impression des tissus osseux a essentiellement recours à des éléments synthétiques qui sont introduits dans le corps humain, ce qui n’est pas une technique viable.

Grâce à cette nouvelle technologie d’encre céramique, les chirurgiens estiment pouvoir imprimer l’os directement dans le corps du patient.

Dans une vidéo publiée sur YouTube, qui explique le principe de fonctionnement de cette nouvelle matière, le Dr Kris Kilian a précisé que cette innovation permettra de gagner plus de temps durant les actes chirurgicaux et de réduire ainsi la souffrance des patients.

Habituellement, les os endommagés sont réparés par une greffe autologue impliquant ainsi le prélèvement d’os d’une autre partie du corps. Cette technique est considérée comme invasive, sans compter les nombreux risques d’infection.

Cette encre qui est un composant de phosphate de calcium devient semblable à un véritable tissu osseux en contact avec un bain de gelée. Enfin, cette innovation remarquable pourrait révolutionner l’impression médicale 3D et donner une plus grande place à la bio-impression dans l'avenir.

Ne manquez pas notre page Facebook!