5

Faisant suite au début de saison parfait réalisé par le Paris Saint-Germain, le nuage apporté par la possible querelle d'égos [VIDEO] entre Neymar et cavani semble en passe d'être dissipé. A l'origine, une altercation totalement déroutante survenue dimanche face à Lyon au sujet d'un tir de penalty sur la pelouse du Parc des Princes. La brouille entre la star brésilienne et le buteur uruguayen qui n'aura pas échappé à l'oeil des caméras se serait même poursuivie aux vestiaires, mettant à contribution le capitaine Thiago Silva.

Si l'explication du déroulement des faits qu'a tenté d'apporter par la suite Dani Alvès laissait clairement à désirer, force est de constater que les deux intéressés ont su faire profil devant l'emballement médiatique de l'affaire.

D'un autre côté, la totale absence d'initiative de la direction parisienne face à cette situation fait craindre à certains observateurs une crise de leadership. Alors qu'une concertation entre les deux protagonistes, Antero Henrique et Unai Eméry était prévu ce mercredi sur la question, elle a finalement été annulée.

Le malaise cède la place à la réconciliation

De l'interprétation officielle des faits que cherche désormais à faire partager le PSG, il faut retenir qu'il ne s'agissait que d'un échauffement amical entre deux bons camarades de football comme cela peut arriver n'importe où. D'ailleurs, les deux hommes ont pu se retrouver hier au Camp des Loges pour l'entraînement et un peu plus tard en soirée lors d'un dîner organisé par Dani Alvès au Victoria Paris, restaurant chic de la capitale.

C'est donc un gros ouf de soulagement que doivent pousser à l'heure actuelle les supporters des Rouge-et-Bleu qui désespéraient déjà de voir le vestiaire de leur équipe partir en vrille à chaque rencontre.

Neymar et Cavani vont frapper les penaltys

Coincé entre le besoin de satisfaire sa super star [VIDEO] et l'exigence de ne pas froisser son buteur maison, Unai Eméry a laissé entendre que Cavani et Neymar frapperont tous deux les penaltys que l'équipe aura à s'offrir. Toutefois, à cause de l'importance que peut parfois revêtir l'exercice, le coach espagnol préfère se donner un temps de réflexion sur la hiérarchie de passage à mettre en place. Une réponse pour le moins ambigüe qui aura pour seul mérite de maintenir entier le suspens jusqu'au prochain penalty. Affaire à suivre, pourquoi pas lors de la réception du Bayern Munich mercredi prochain.