A Benevento, Gennaro Gattuso a supposé que le Milan avait pu être tombé en panne d'essence. C'est un rappel clair à la préparation, qui est le sujet actuel. Le Milan de Montella "original", celui de 2016-17, travaillait presque toujours avec le ballon. Lors du dernier été, quelque chose a changé. Gattuso a encore changé sa méthode de travail en introduisant des sessions de course et en misant tout sur l'intensité. Les joueurs, dans les interviews, le font comprendre : les entraînements sont plus durs depuis son arrivée.

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne Football

Le sujet, cependant, est complexe, et mieux vaut demander à un homme du secteur : Stefano Florini, président de l'association Italienne des Préparateurs Athlétiques de football.

Lors d'une interview avec des journalistes italiens, ce dernier a confirmé : "Je connais très bien Montella [VIDEO], que j'ai eu comme joueur à l'Empoli et que j'ai croisé à la Fiorentina. Je peux dire de manière abstraite que la préparation faite avec la balle peut baisser l'intensité, parce que pas tous les joueurs la tiennent haute. L'idée de 'mettre de l'essence dans le moteur en été pour avoir une bonne condition en mars est dépassée, mais augmenter un peu le travail ne fait mal à personne'".

La différence entre Gattuso et l'ancien coach Montella

Passons sur le terrain, avec des données préoccupantes pour le Milan. Contre le Bénévent [VIDEO], le Milan AC a récupéré 50 ballons. Surprise : contre le Taureau, pour la dernière rencontre de Montella en tant que coach milanais, ce fut 75 ballons gagnés.

Des chiffres bien meilleurs. C'est inattendu parce que les différences entre Montella et Gattuso devraient se cacher surtout sur ces données de statistiques. Montella aime la possession de balle, ses équipes sont connues pour la qualité technique et moins pour l'agressivité. Gattuso veut par contre plus de joueurs physiques, qui sont plus décidés et prêts à récupérer la balle pour aller en vertical. Peut-être aussi en jouant long. Montella convainc en expliquant une idée trois fois, sans lever la voix. Gattuso, lui, hurle dès la première fois pour être efficace. Montella a eu des rapports instables avec une partie du vestiaire, mais il a toujours garder une certaine harmonie avec les joueurs. Gattuso utilise la collision pour porter à la lumière un problème et le résoudre. Le coach italien actuel du Milan AC dira demain quelque chose sur les choix de sa formation. Calhanoglu est indisponible, mais il n'aurait peut-être pas joué de toute façon. Et en attaque, on pourrait voir André Silva et Cutrone, les attaquants de habituels de cette compétition. Au moins sur cet aspect, Montella et Gattuso sont égaux.