Un mauvais tirage, incontestablement. Le club de la capitale ne pouvait pas plus mal tomber. Gagner contre le double champion en titre est dans les cordes des coéquipiers de Neymar mais relèverait tout de même du grand exploit. Affronter le Real Madrid, c’est affronter la meilleure des équipes arrivées deuxièmes des phases de poule (si on excepte le Bayern qui était dans la poule du PSG). Bien meilleure que Chelsea ou la Juventus qu’il valait mieux éviter également [VIDEO]. La tâche s’annonce difficile et cette fois-ci, même si la configuration est différente (le match retour aura lieu au Parc des Princes), le public ne pourra pas pardonner une deuxième remontada.

Et même si l’entraîneur Unaï Emery affirme que l’équipe est au niveau pour jouer contre les merengues, personne n’est satisfait de ce tirage.

PSG plus fort et Real plus faible ?

Certes, l’équipe de Zidane n’est plus la machine à gagner de la saison précédente. Benzema et cie traversent une mauvaise passe en championnat et leur deuxième place en phase de poules est assez inhabituelle. D’autres diront également qu’affronter une grosse cylindrée dès les huitièmes permet de jauger le niveau réel de l’équipe et savoir si les gros transferts de l’été dernier ont été judicieux… Et de toute façon, si le PSG veut gagner la ligue des champions, il devra gagner contre des équipes du calibre du Réal.

Cependant, qu’il s’agisse du public, des joueurs ou des dirigeants, tout le monde s’accorde à dire qu’il y a beaucoup plus simple comme chemin pour aller en finale.

Depuis la fameuse tête de Koumbouaré en 1993, le PSG n’a jamais gagné contre le Real en compétition officielle. Le géant espagnol est une équipe qui sait se sublimer lors des grandes occasions (ce que n’a pas réellement prouvé le PSG) et particulièrement lors de ses échéances de printemps. Et la défaite face au Bayern est venue rappeler cette dure réalité.

PSG face à un défi immense

Paris se retrouve donc face à un immense défi [VIDEO] : Faire oublier la traumatisante aventure de l’année dernière face à l’autre géant espagnol. Ce ne sera pas une mince affaire. « Si on tombe contre le Real, il faudra faire le match parfait à 200% » disait Marco Verratti. Au moment de cette déclaration, le meneur Italien voulait éviter le Real…

Quoi qu’il en soit, l’affiche qu’offre ce huitième de finale est digne des grandes affiches que seule la Champions League peut offrir. Et les amateurs de foot se donnent sûrement rendez-vous enFévrier prochain.