Avec la défaite plus que logique lors des dernières finales NBA, les Cleveland Cavaliers avaient profité de la demande de trade de Kyrie Irving pour repenser leur effectif. Comment emmener Lebron James pour sa 8e finale consécutive ? Le noyau dur avait été conservé, sauf Irving, et le nouveau GM Koby Altman avait entouré tout ce beau monde d'anciennes gloires comme Dwyane Wade, Derrick Rose, tout en apportant des valeurs sûres avec Isaiah Thomas, Jae Crowder, et Jeff Green.

Une équipe malade "qui mourrait à petit feu"

Mais quatre mois plus tard, la franchise de l'Ohio était dans une situation presque catastrophique. L'entassement des joueurs est un fiasco total [VIDEO], tant sur le terrain que dans les vestiaires.

Cette troisième position de l'Est, loin d'être une misère, n'était pas la place de cette équipe programmée pour détrôner les Warriors. Ce jeudi 8 février, au lieu d'attendre que Cleveland "meurt à petit feu" comme il l'a expliqué, le GM Altman a fait le grand ménage.

Exit Rose, Wade, Crowder, Frye, Shumpert et même Thomas [VIDEO], pourtant appelé à être le lieutenant du King. À leurs places, trois jeunes prometteurs, Jordan Clarkson, Larry Nance Jr et Rodney Hood et un vétéran George Hill, bien connu par LeBron pour avoir livré des batailles épiques en playoffs entre 2011 et 2014 lorsqu'il évoluait aux Pacers. Jamais un concurrent au titre n'avait autant remanié son équipe en pleine saison.

Cleveland a préparé le présent et l'avenir

Deux objectifs à ces trois échanges qui ont bouleversé la conférence Est.

Sauver la saison en offrant à LeBron James une équipe capable de jouer le titre, et surtout préparer le futur. La star des Cavaliers sera free agent cet été, ce qui signifie qu'il sera libre de signer où bon lui semble. Les nombreuses rumeurs vers Los Angeles ou Houston ont déjà émergé. La franchise pourrait ne pas survivre à un deuxième départ de leur légende, lui qui avait pris le chemin de Miami en 2010 avant de retrouver l'Ohio quatre ans plus tard. Sauf que dans ce cas présent, tout semble indiqué que Cleveland sera prêt en cas de départ de sa légende. Kevin Love sera toujours là, les quatre nouvelles recrues également, et surtout il y a ce choix de Draft de Brooklyn récupéré dans l'échange pour Kyrie Irving, un trésor incommensurable dans la NBA d'aujourd'hui.

Mais avant de penser à ça, il y a cette saison à terminer. Au vu des premières observations sur le match contre Boston, les Cavaliers ont ce qu'il faut pour concurrencer les Celtics et les surprenants Raptors. Encore faudra-t-il hausser le ton en playoffs, ce que LeBron sait faire mieux que personne. Mais avec de la défense, un côté athlétique qu'il manquait entre octobre et février, et surtout de la jeunesse (Cleveland est passé d'une moyenne d'âge de 30 à 27 ans), tous les espoirs sont permis. En revanche, battre les Warriors sur une série de sept matches sera une nouvelle fois difficile vu le peu d'automatismes acquis. Face à une telle cylindrée, ce ne sera pas négligeable.