Les prochaines semaines vont déterminer la suite de la saison du PSG. Si le championnat est quasiment pliée, avec notamment une avance significative sur l'OM et Monaco, les parisiens joueront leur avenir européen dans quinze jours avec ce match retour contre le Real Madrid. Pour la première fois depuis l'ère QSI, le match retour se déroulera au Parc des Princes, ce qui donne des motifs d'espoir.

Deux absences significatives pour le Real Madrid

À Madrid mercredi dernier, le Paris Saint-Germain a pourtant joué les yeux dans les yeux avec le double champion d'Europe en titre. Il lui a même, par moments, été supérieur. Mais la faillite mentale a rattrapé [VIDEO] le PSG au plus mauvais moment, dans les dix dernières minutes.

Le score final, 3-1, n'est pourtant pas insurmontable. Surtout que les joueurs d'Unai Emery ont appris deux bonnes nouvelles ce week-end. Brillants à l'aller, deux cadres madrilènes devraient être absents pour cette deuxième manche à Paris, il s'agit de Toni Kroos et Marcelo.

Le dernier cité a fait bien des misères à la défense parisienne, notamment avec son activité incessante et ses montées meurtrières. C'est même lui qui a inscrit le troisième but pour les Merengue. Malheureusement pour son coach Zinédine Zidane, il est sorti sur blessure contre le Betis Séville. La cuisse semble touchée, faisant penser à une blessure musculaire. Quant à l'Allemand, c'est son genou qui est vacillé. La presse espagnole a annoncé une entorse, de quoi le tenir éloigné des terrains pendant quinze jours à trois semaines.

Qui pour les remplacer ?

Le casse-tête va donc commencer pour l'entraîneur français. Maintiendra-t-il son 4-4-2 ? Quand on constate la faiblesse défensive des latéraux du PSG, on se dit que Zizou aura tout intérêt à relancer son 4-3-3 avec la BBC (Karim Benzema - Cristiano Ronaldo - Gareth Bale) afin de profiter de la vitesse des deux ailiers. Au milieu, Isco a le potentiel pour suppléer Toni Kroos dans le même registre. Sa justesse technique lui permettrait même de soulager Luka Modric.

Zidane a également une autre option, celle de lancer sa pépite Marco Asencio dans le grand bain. Relégué sur le banc après un début de saison tonitruant, l'Espagnol a été l'un des éléments déclencheurs lors de ces fameuses dix dernières minutes à Santiago Bernabeu. Il a même confirmé ce week end face au Bétis Séville avec une réalisation en plus d'une performance aboutie.