Quand la violence relègue (une fois de plus) le spectacle au second plan... En terres basques comme rhodaniennes, la soirée d'Europa League a été marquée par des rixes opposant forces de l'ordre et supporters. Aux abords du Groupama Stadium, plus d'une centaine d'ultras lyonnais ont lancé des projectiles sur un véhicule de la Brigade anti-criminalité quelques minutes avant le coup d'envoi d'OL - CSKA Moscou. De quoi pousser les CRS à intervenir, relate l'AFP. Alors que huit policiers ont été blessés - dont deux sérieusement - trois suspects ont été interpellés. Ces violences ont été jugées "inadmissibles" par la préfecture d'Auvergne-Rhône-Alpes et la Police nationale qui ont toutes deux réagi sur leur compte Twitter respectif.

Plus tôt dans la soirée, des incidents ont également émaillé la rencontre entre l'Athletic Bilbao et l'OM dont deux joueurs ont été appelés ce jeudi par Didier Deschamps [VIDEO]. Deux gardes du stade de San Mamés ont été blessés par des supporters marseillais présents dans le parcage visiteurs. D'après les informations d'El Correo, les fans olympiens avaient lancé des fumigènes vers les tribunes situées en contrebas. Assez pour blesser légèrement une jeune fille. En réaction, deux gardes se sont approchés des supporters virulents. Lesquels en ont profité pour les attaquer.

L'un des gardes a notamment été blessé au cou par "une boucle de ceinture", selon le média basque. Son coéquipier a quant à lui la main cassée. Trois suspects ont été arrêtés.

Les supporters de l'OM suscitaient l'inquiétude des Basques

Ces faits divers mettent malheureusement de côté le bilan sportif de la soirée, à savoir la qualification de l'OM (victoire 1-2) et la déroute de l'OL ( défaite 3-2) [VIDEO]. Ils posent surtout question trois semaines après le décès d'un policier basque à Bilbao, foudroyé par une crise cardiaque. Ce dernier s'était retrouvé en plein cœur des affrontements entre supporters de l'Athletic et du Spartak Moscou.

La tragédie avait entraîné de vives réactions, certains appelant à la mise en place d'un dispositif de sécurité optimal pour la réception de l'OM. "Les journaux en parlent beaucoup car les fans de Marseille sont connus ici pour être parfois violents, confiait ainsi le journaliste basque Xabier Madariaga au Phocéen. C'est même l'objet d'une bataille politique, car la droite espagnole a mis en accusation le gouvernement basque à cause de ces incidents". Autant dire que la polémique est loin d'être refermée.

L'OL dans le viseur de l'UEFA ?

De son côté, l'OL, risque gros. Le club de Jean-Michel Aulas est sous la menace d'une suspension avec sursis de coupe d'Europe. Et pour cause : en avril dernier, de vifs affrontements avaient éclaté entre des supporters du Besiktas Istanbul et de l'Olympique Lyonnais en marge du quart de finale aller d'Europa League qui se disputait à Lyon. Outre la menace d'une suspension en cas de récidive, les deux équipes avaient écopé d'une amende de 100.000 euros.