Buteur très tardif face au Costa Rica (2-0) ce vendredi lors de la deuxième rencontre du Brésil dans cet coupe du monde 2018, Neymar est pourtant passé par tous les états durant les 97 minutes de la rencontre. Du rire au début du match, à la frustration ensuite, jusqu'au larme en fin de match, tout n'a pas été simple pour la star de la Seleção et pour son équipe.

Neymar a évacué le stress au coup de sifflet final

Après le match nul de la première rencontre face à la Suisse (1-1), le Brésil se devait de renouer avec la victoire en Coupe du Monde contre le Costa Rica. Pourtant, tout n'a pas été facile et alors que la fin du match se profilait, l'équipe brésilienne se dirigeait tout droit vers un nouveau match nul.

Un moment de stress pour Neymar qui a notamment vu l'arbitre lui refuser un penalty pour simulation suite à l'intervention de la VAR (assistance vidéo). La libération est finalement venue dans les dernières minutes de la rencontre avec un but de Coutinho avant que la star de la Seleção n'inscrive le second but au bout du temps additionnel.

Un but de Neymar aurait dû être normalement un moment de fête au Brésil mais, pour autant, les larmes en fin de match de l'homme le plus cher du monde ont soulevé une polémique dans le pays, tout comme l'histoire de la simulation. De quoi s’attirer quelques critiques, à l’image d'il y a quatre ans avec les larmes de Thiago Silva avant une séance de tirs au but face au Chili et après la grosse défaite face à l'Allemagne (7-1).

Neymar s'explique sur Instagram

Alors que les critiques pleuvent, l'attaquant du Paris Saint-Germain ne s’est pas laissé faire et a immédiatement répondu sur Instagram : "Personne ne sait ce par quoi je suis passé pour pouvoir arriver jusqu'à la Coupe du Monde en Russie, explique le joueur, qui n'avait plus jouer pendant trois mois après une blessure à la cheville.

Top vidéos du jour

C'est tellement facile de parler, tout le monde peut le faire et même les perroquets. Par contre, pour agir, on ne voit plus personne. Mes larmes aujourd'hui, sont des larmes de joie, de hargne et de dépassement de soi. J'ai qu'une envie, c'est de gagner. Je n'ai jamais eu les choses faciles dans ma vie et ça ne changera pas maintenant. Pour autant, l'objectif continue. En résumé, Neymar assume totalement son statut de pleureuse.

L'entraîneur du Brésil Tite, s'est également exprimé sur le sujet et il explique que Neymar a tellement de pression qu'il est difficile pour lui de tout porter sur son dos : "C'est inhumain de mettre autant de pression sur lui. Il faut pas oublier qu'il n'a pas jouer pendant trois mois et demi et il n'a que repris récemment. Il faut du temps pour reprendre le rythme et surtout, il a besoin de toute une équipe autour."