Le Tour de France 2018 sera-t-il « pollué » par la présence de Christopher Froome ? C'est en tout cas ce que semble croire Bernard Hinault. Le Français, quintuple vainqueur du Tour de France à cheval entre les années 1970 et 1980, a assuré que « Froome n'a pas sa place dans le peloton ». Pour rappel, un contrôle anormal au salbutamol avait été détecté lors du Tour d'Espagne 2017. Un produit susceptible d'améliorer les performances... mais qui n'est pas interdit par l'UCI. Le leader de l'équipe Sky est donc dans le flou depuis le début de saison, lui qui s'aligne sur les courses malgré l'animosité ambiante et une suspicion croissante à son égard.

Une suspicion de plus en plus forte depuis le récent succès de Christopher Froome lors du Giro [VIDEO], enchaînant ainsi une victoire finale sur un troisième grand tour consécutif.

Froome vise son cinquième Tour de France

« Je n'ai rien fait de mal, j'ai tout à fait le droit de courir », s'est encore défendu Froome mercredi, lors d'un entretien accordé à Sky Sports. « Le peloton doit mettre pied à terre et faire grève », a lancé Bernard Hinault dans les colonnes de Ouest-France. Entre les deux vainqueurs du Tour, l'un quatre fois, l'autre cinq fois, l'ambiance est donc plutôt tendue, alors que le Tour de France 2018 approche à grands pas. Cela importera sans doute peu à Froome, qui devrait bien être au départ de cette Grande Boucle afin de tenter de décrocher un cinquième Tour, et ainsi rejoindre Jacques Anquetil, Eddy Merckx, Bernard Hinault et Miguel Indurain au panthéon des plus grands vainqueurs.

Mais même en cas de victoire finale, la performance du leader de la Sky sera forcément remise en cause.

Un Tour de France dans le flou

Depuis plusieurs jours, de plus en plus de coureurs et de directeurs sportifs emboîtent le pas de Bernard Hinault, dénonçant la présence de Christophe Froome [VIDEO] sur le Tour de France. De son côté, l'UCI brille par son silence, puisque l'instance internationale n'a toujours pas statué sur le cas du coureur britannique. A une semaine du départ de la Grande Boucle, il semble trop tard : Froome sera bien au départ de cette édition 2018. Comme sur le Giro, il devra sans doute affronter les nombreux sifflets du public à son encontre. Du côté de l'organisation, on espère sans doute qu'aucun incident ne survienne. Car voir un spectateur s'attaquer à un coureur ne serait pas une première dans la grande histoire du Tour de France.