Le Mercato estival de l'Olympique de Marseille [VIDEO] a permis d'engager trois nouveaux joueurs dans le groupe de Rudi Garcia. Les olympiens ont cependant dû subir plusieurs échecs de taille durant leurs recherches, notamment dans le dossier Mario Balotelli. L'international Italien, qui avait pourtant a priori trouvé un accord de principe avec l'OM, n'a pas rejoint la Canebière. Jean-Pierre Rivère, le président de l'OGC Nice, a déjà critiqué les Marseillais pour leur gestion de cette affaire, arguant qu'ils auraient pu véritablement mettre la main sur lui, s'ils l'avaient voulu. Aujourd'hui, le dirigeant de soixante et un an est revenu sur le cas "Super Mario", et ne reste pas tendre avec la direction phocéenne.

Jean-Pierre Rivère contre Jacques-Henri Eyraud, ou David contre Goliath

Selon le président du club niçois, le fait de garder Mario Balotelli est une victoire en soi. En effet, le second club méditerranéen a réussi à conserver l'italien dans ses rangs, alors que l'appel de l'Olympique de Marseille [VIDEO] se faisait de plus en plus fort. Pour Jean-Pierre Rivère, cette "résistance" face à Marseille s'apparente à un triomphe de David contre Goliath.

"Les gens ne réalisent pas ce que c'est de garder Mario Balotelli [...] je pense que les Niçois ne se rendent pas compte du travail effectué par le club" confiera Jean-Pierre Rivère sur les ondes de France Bleu, avant de rajouter une phrase non dénuée de sens : "et quand on ne joue pas la coupe d'Europe, et bien c'est 17 millions d'euros de budget en moins." Une petite pique que les Marseillais ne devraient pas apprécier, eux qui sont partis à la conquête d'un nouveau "grand attaquant" durant l'été, et qui avaient ciblé le footballeur de vingt-huit ans durant des mois.

L'OM n'a pas fourni assez d'efforts pour recruter Balotelli

Durant la fin de l'été, lorsque le club niçois a officialisé la troisième année de "Super Mario" à Nice, Jean-Pierre Rivère avait déjà fait quelques critiques contre l'Olympique de Marseille. Le dirigeant avait notamment expliqué que Jacques-Henri Eyraud n'avait pas souhaité reverser une indemnité suffisante à Nice pour permettre le transfert. Les discussions s'étaient donc arrêtées à ce moment-là, mettant un terme définitif aux négociations houleuses entre les deux formations.

Depuis, l'OM a mis la main sur Nemanja Radonjic et Kevin Strootman. Si les performances sont au rendez-vous, ces deux achats pourraient "gommer" l'échec du dossier Mario Balotelli.