Pour les adeptes de John Irving, mais aussi pour les autres, il serait bien injuste de ne pas reconnaître que l'imagination dont l’auteur fait preuve est loin d’être un feu de paille, et déborde sans compter. À 74 ans, ce romancier américain se balade d’histoire en histoire et nous emballe une nouvelle fois avec son quinzième roman "Avenue des mystères" dont la parution originale, aux Etats-Unis, date de Novembre 2015 aux éditions Simon & Schuster ,avant de paraître le 6 Mai dernier en France, après trois ans d’absence. En effet, son précédent roman "A moi seul bien des personnages" était paru en 2012 aux Etats-Unis, toujours chez Simon & Schuster, et il aura fallu attendre un an pour qu’il soit enfin traduit et publié aux éditions du Seuil en Avril 2013 pour la France.

 

Ici, John Irving nous piège dans un style débridé, et un poil décomplexé, en nous racontant l’histoire étonnante de Juan Diego, de son enfance avec sa sœur extralucide, tous deux élevés par une transsexuelle mexicaine et un américain jésuite et homosexuel. Il revit dans ses rêves des évènements de son adolescence au Mexique, alors qu’il est en voyages aux Philippines. Comme chaque fois, on y retrouve les thèmes qui sont chers à l’auteur, comme la religion, la mort ou encore l’enfance et les relations sexuelles.

 

Entre le présent et le passé du personnage principal, un écrivain atypique dont la célébrité est reconnue aux quatre coins de la planète, la narration diffère dans une maîtrise impeccable. Le nombre de protagonistes foisonne autour de lui, ce qui n’empêche pas l’auteur de garder une fluidité excellente et son style reconnaissable entre tous. L’humour qu’on lui connaît dans d’autres titres n’est pas forcément présent dans "Avenue des mystères", qui est un peu plus axé sur la mélancolie.

 

Ce roman nous fait voyager entre drame et folie, associés au suspense où le dénouement ne se découvre qu’en fin d’ouvrage. Néanmoins, nous n’y verrons aucun inconvénient tant John Irving parvient à garder le lecteur en haleine, accroché au moindre mot !

 

La Closerie des Lilas, lieu culte pour le plus beau prix littéraire #Livres #Lecture #Paris culture