L'ancienne équipe à la tête de la Fédération Française de #Rugby, ex-président Camou en tête, n'a pas laissé la place nette en partant. #Bernard Laporte, nouveau guide du rugby français, a, dès son investiture, commencé a réformer des décisions qui avaient prises... on se demande encore comment. La convention LIGUE-FFR, la disponibilité des joueurs internationaux, les matchs professionnels du dimanche après midi, la réforme des championnats amateurs, les dossiers auxquels les nouveaux dirigeants se sont attaqués ne manquent pas. Et cette fois, on est pour ou on est contre, mais au moins, on comprend bien ou Bernard Laporte et ses hommes veulent en venir et où ils nous emmènent.

Publicité
Publicité

Il reste un gros dossier, pas tellement médiatique, mais oh combien important pour le futur du rugby français : les jeunes, et en particulier le #championnat espoirs. Dans le système français, les équipes professionnelles de Rugby n'ont pas d'équipe "réserve". A l'instar, par exemple, du football où les clubs alignent une seconde équipe dans des divisions inférieures, ce qui leur permet de maintenir un effectif important en mode "compétition". Dans le rugby, tel qu'il est organisé, c'est le championnat espoirs qui joue ce rôle... ou, plus exactement, devrait jouer ce rôle.

Mais sous la pression de président de clubs influents (et souvent riches) les anciens dirigeants du rugby français ont pris des décision désastreuses pour l'avenir de notre sport. C'est ainsi que la compétition "espoirs" qui se jouait, sur le modèle TOP14 - PROD2, en une poule de 14 "élite" et une poule de 16, va dès la saison 2017/2018 se structurer en 3 poules de 10.

Publicité

En quoi cela est-il catastrophique ? et bien nos jeunes joueurs, ceux qui ont entre 18 et 22 ans, et qui rêvent de devenir professionnels un jour, vont jouer quoi ? 18 matchs dans l'année au mieux ? Et encore on parle là des configurations les plus optimistes : les clubs ont des effectifs à 40 joueurs dans ces catégories, et il y aura forcément un turnover, forcément des blessés, forcément des périodes de plus ou moins méforme.

Rugby français : Nos espoirs joueront 15 matchs par an !

Est-ce donc ainsi que l'on espère les préparer au haut niveau ? Mais pourquoi avoir pris de telles décisions, pourquoi défier ainsi le simple bon sens ? celui qui chercherait a comprendre n'aurait qu'une explication donnée par la cellule technique de la F.F.R : l'ancienne formule était "contraignante sur le plan financier pour certains clubs". Pardon ? Les clubs professionnels jugeaient "contraignants" le fait d'entretenir une équipe espoir ? Ceux là mêmes qui crient que le "salary cap" leur empêche de dépenser l'argent qu'ils ont en salaires, demandent à ce que leurs équipes de jeunes leur coûte moins cher ? Je veux bien entendre que les clubs poursuivent leurs intérêts particuliers, pourquoi pas, mais si les autorités, qui elles doivent défendre l'intérêt général, acquiescent, alors on marche sur la tête ! Depuis des décennies le rugby français sacrifie des génération entières de joueurs français.

Publicité

Et on continue, chaque année on prend de nouvelles mesures qui nous envoient dans le mur, et on crie aux conséquences : trop d'étrangers dans tous les championnats, même amateurs, même en espoirs ! appauvrissement de notre vivier, et par voie de conséquence, de nos équipes nationales. Bernard Laporte, s'il vous plait ! à vous de jouer !