Pharrell Williams et Robin Thicke ne risquent pas d'être très "happy" cette semaine. Les deux pointures de la Musique étaient accusées, depuis plusieurs années, d’avoir plagié le titre de Marvin Gaye dans leur titre devenu célèbre Blurred Lines. Un juge de Los Angeles a finalement condamné, lundi, Pharrell Williams et Robin Thicke, pour avoir porté atteinte aux droits d'auteur du chanteur décédé en 1984.

La justice reconnaît ainsi de manière définitive que le tube Blurred Lines reprend partiellement le titre Got to Give It Up de Marvin Gaye, sorti en 1977.

Les deux artistes américains devront payer la somme totale de 5 millions de dollars, soit 4.4 millions d’euros, aux héritiers du chanteur. Ces derniers auront également le droit à la moitié des recettes futures de Blurred Lines. Soulignons qu’il s’agit de la chanson la plus vendue dans le monde en 2013.

Une première condamnation en 2015

Les deux chanteurs avaient été condamnés en première instance, en mars 2015, à verser 7.3 millions de dollars de dommages-intérêts aux héritiers de Marvin Gaye. Pharrell Williams et Robin Thicke, contestant la décision rendue, avaient alors fait appel, espérant faire annuler la condamnation. Cause perdue donc, pour les artistes américains.

Une ressemblance frappante ?

Le titre Blurred Lines a fait danser la planète entière depuis sa sortie en 2013.

Il faut dire que le rythme est extrêmement entraînant. Mais était-il une création originale ? La justice a tranché que non. Il faut dire que la ressemblance avec le morceau créé par la légende de la soul Marvin Gaye est incontestable et même frappante. En écoutant les deux morceaux, il est difficile de ne pas remarquer les similitudes notamment sur le plan rythmique.

Durant le premier procès en 2015, l'avocat de Robin Thicke avait basé la défense de son client sur le fait que Blurred Lines ne copiait pas les notes de Got To Give It Up. Une plaidoirie qui n'a visiblement pas convaincu les membres du jury et les professionnels de la musique.

Lorsque le verdict de la condamnation était tombé, Pharrell Williams avait fait savoir à l'AFP, à travers un communiqué, qu'il était très déçu de la décision prise par la justice, "qui crée un horrible précédent pour la musique et la créativité".

Après sa diffusion, Blurred Lines avait suscité la polémique, de par ses paroles et ses images accusées par certains de "sexistes" et "misogynes".

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite