Souvent, les cérémonies de baptême sont le théâtre de moments incongrus entre parrains, marraines et filleuls. Ce lundi 4 décembre, le baptême du bébé Panda quatre mois jour pour jour après sa naissance au zoo de Beauval (Loir-et-Cher) n’a pas fait exception. Alors que la Première Dame Brigitte Macron s’apprêtait à caresser son filleul fraîchement baptisé Yuan Meng (qui signifie « la réalisation d’un rêve » en chinois), le jeune et fougueux panda - surement tout excité d’être la vedette du jour – a fait un bon provoquant un sursaut de sa marraine (VIDEO ci-dessous), qui lui adressera finalement une caresse symbolique.

La diplomatie du panda

Une petite frayeur vite dissipée par le sourire de Brigitte Macron qui prononçait, à l’occasion de cette « Cérémonie du Nom », son premier discours officiel en tant que Première Dame [VIDEO].

Cette cérémonie, qui peut paraître anodine, est un véritable baptême du feu (sic !) qui répond à des enjeux politiques et diplomatiques éminemment stratégiques.

Brigitte Macron ne s’y est pas trompée en consacrant la conclusion de son discours à Peng Liyuan, la Première Dame chinoise, absente, qui lui a proposé d’être la marraine de Yuan Meng : « nous avons désormais en commun de veiller sur l’avenir de Yuan Meng. Il nous appartient aussi de faire prospérer cette amitié. […] En vous saluant aujourd’hui, je suis heureuse de vous transmettre toute mon amitié et de vous dire merci, et à bientôt », faisant allusion au déplacement d’Emmanuel Macron en Chine début d’année 2018.

Cette « diplomatie du panda », pratiquée par la Chine depuis le VIIe siècle, est un moyen pour l’empire du milieu de maintenir des liens forts avec ses partenaires et aussi une opportunité de sensibiliser les populations à la préservation de cette espèce menacée.

Le panda, symbole de la préservation des espèces en danger

« La naissance de ce petit Yuan Meng prouve l’intérêt planétaire pour ces animaux et porte l’espoir d’un avenir meilleur pour la biodiversité (…). Il montre une fois encore l’importance des parcs zoologiques pour la conservation des espèces en danger», explique Rodolphe Delord, directeur du parc zoologique de Beauval.

En 2017 à Beauval, ce sont 1,5 million de visiteurs qui sont venus voir les parents de Yuan Meng, couple prêté à la France en février 2012 après le voyage en Chine de Nicolas Sarkozy. Pour espérer voir leur progéniture, les visiteurs du zoo devront encore patienter jusqu'au 13 janvier 2018. Ce qui laissera à l’ursidé le temps de s’assagir…