Il était question pour la ministre Madeleine Tchuinté et son hôte d’examiner les voies et moyens pouvant permettre de renforcer la coopération scientifique entre le Cameroun et le royaume de Norvège dans les domaines de l’éducation, du renforcement des capacités scientifiques et technologiques, du développement de l’aquaculture et de l’économie verte.

« Nous avons mis un accent particulier sur la relation à long terme entre nos deux pays en ce qui concerne la recherche et d’autres domaines. Nous avons pour but d’étendre la relation scientifique entre les deux pays dans les zones qui actuellement ne sont pas encore couvertes par cette action », a expliqué le responsable scandinave.

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne Inclassables

Ainsi, la Norvège, premier exportateur de poisson au monde, apportera son expertise dans le domaine de l’aquaculture. « J’ai discuté avec lui en ce qui concerne la mise en place d’un accord de coopération scientifique et technique non seulement parce que les Norvégiens sont très forts dans le domaine océanographique et nous avons un centre de recherche des écosystèmes marins à Kribi donc nous comptons beaucoup sur eux. Ce sont des experts en océanographie », a déclaré la ministre de la Recherche Scientifique et de l’Innovation.

Une relation au-delà de la politique

La nature des relations entre les deux parties s’étend progressivement au-delà de l’aspect politique. «Nous avons accueilli l’année dernière, la conférence humanitaire des pays de la zone du bassin du lac Tchad, mais notons que cette coopération scientifique est un long processus et une composante importante de notre coopération de manière globale. Nous avons des affaires économiques fructueuses entre les deux pays, et lors de la rencontre, nous nous sommes focalisés sur l’amélioration et l’extension de nos relations économiques», a confié le diplomate.

Selon la ministre, il est également question de la coopération basée sur le genre, l’éducation et la formation. S’inspirer du modèle d’égalité des chances, de la politique économique, sociale et du vivre ensemble de ce pays nordique qui s’est hissé au rang de premier mondial en terme d’indice de développement humain, pour atteindre l'émergence au Cameroun.

L’œuvre norvégienne au Cameroun

Les fruits de ce partenariat sont fortement représentés dans la région de l’Adamaoua avec notamment l’alphabétisation des milliers de jeunes, la création en 1957 du Collège Protestant de Ngaoundéré, l’installation de cases sanitaires dans la ville et la formation du personnel sanitaire, l’éradication des maladies à l’instar de la lèpre, et par la suite la création de l’Hôpital Protestant de Ngaoundéré communément appelé « Hôpital Norvégien », qui reste la plus grande structure sanitaire de la région en terme de certains équipements médicaux. Le projet Viscam lancé en 2017, ayant pour objectif la connexion des Universités de Ngaoundéré Maroua et celle de Tromso en Norvège pour la mise en place d’un programme de développement durable dans le domaine de l’éducation et de la formation, est également le résultat de cette coopération de longue date.