Samedi 14 Septembre, les installations d'Aramco ont été touchées par des attaques de drones des rebelles du Yemen. Si l'attaque a été revendiquée, les conséquences d'une telle attaque pourraient être très (trop) importantes. En effet, au-delà des 5% de la production mondiale qui se sont envolés, des crises politiques et/ou économiques ne sont pas exclure dans les prochains jours. Il pourrait bel et bien s'agir de la plus grave crise pétrolière depuis la guerre du Golfe en 1991. Retour sur une situation qui pourrait avoir des graves conséquences.

Arabie Saoudite : les photos de l'attaque

Samedi, une épaisse fumée noire s'échappe des infrastructures pétrolières situées en Arabie Saoudite, quelques heures plus tard, les rebelles yéménites Houthis (soutenus par l'Iran) revendiquent l'attaque.

Deux jours plus tard, c'est le cours du marché pétrolier qui s'enflamme. En effet, si on parlait un peu plus haut de l'équivalent de 5% de la consommation quotidienne mondiale, pour se rendre bien compte de la situation, il s'agit de 50% de prodution du royaume qui s'est envolée soit près de 6 millions de barils par jours... Un chiffre impresionnant. Il y quelques heures, les images satellites de l'attaque ont été dévoilées par le gouvernement américain.

L'Europe et les Etats-Unis prennent la parole

La situation politique de la région est pour le moins sensible. En effet, géograpique et économiquement, l'Arabie Saoudite se retrouve menacée par l'Iran.

Quelques temps après l'attaque, Washington, par la voix de son président Donald Trump, n'a pas hésité à accuser directement le gouvernement de Téhéran (Iran). « Suite aux attaques en Arabie saoudite, qui pourraient avoir un impact sur les prix du pétrole, j’ai autorisé l’utilisation du pétrole de la Strategic Petroleum Reserve, si besoin, pour une quantité qui reste à définir », a tweeté le président américain.

L'iran lui a répliqué en indiquant que de telles accusations étaient tout aussi incensées qu'incompréhensibles. La France a aussi pris la parole dans cette situation en condamnant les attaques de drones menées, qui ne pourraient que faire monter d'un cran les tensions et les risques de conflit dans la région.

En ce lundi 16 Septembre, les premières (lourdes) conséquences se font sentir avec une hausse extraordinaire du prix du Baril.

De son côté, les autorités saoudiennes ont annoncé faire le maximum pour reprendre le plus rapidement possible leur production afin d'affecter le moins possible le marché international. Les consommateurs et distributeurs croisent les doigts pour qu'une accalmie arrive dans les plus brefs délais.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite