Après la fin de sa formation d'ingénieur en agroalimentaire à l'Institut Supérieur du Sahel (ISS) en octobre 2016 (l'actuel Polytechnique de Maroua), ce jeune entrepreneur cherchait un projet à développer pour s'auto-employer. Cet ainsi qu'il décide de se lancer dans la production du vin rouge, vu que son passé lui a notamment permis de se familiariser à l'univers des boissons alcoolisés, et ce à travers des stages aux Brasseries du Cameroun entre 2014 et 2016.

Bibi Martial Arnaud va au préalable avoir l'idée de produire du vin avec le "Bissap" (foleré, ou jus d'oseille), mais va rapidement oublier cette idée car déjà connue lors de son apprentissage.

Voulant se démarquer avec un fruit dont personne n'avait fait usage, celui-ci va s'arrêter sur la pastèque comme expérience en octobre 2016. Le vin blanc BiBi voit ainsi le jour.

Selon Martial bibi, l'innovation est la clé à travers la persévérance et la détermination

Par ailleurs, l'entrepreneur camerounais n'a encore fait de grosse vente, a officiellement présenté son vin blanc "made in Cameroon" BiBi, le samedi 1er août 2020 à la chapelle Tsinga de Yaoundé aux environs de 16h. Et c'est ce même jour qu'il a lancé la commercialisation de cette mixture venu des terres du Cameroun.

Néanmoins, plusieurs personnes se sont déjà proposées pour devenir distributeurs de son vin. "Les difficultés ont été nombreuses et le sont encore bien que je les règlent tout doucement. La première difficulté a été de pouvoir trouver les formules et les doses adéquates pour produire un vin de qualité, sachant que je n'avais ni équipement, ni moyen financier pour pouvoir déterminer les paramètres que dont j'avais besoin. Mais au delà de tout ça les plus grosses difficultés aujourd'hui sont premièrement l'accès aux bouteilles. Socaver (société camerounaise de verrerie) vend une bouteille vide à 400f c'est carrément hors de prix pour moi. Du coup je recycle les bouteilles des vins importés après consommation en les achetant auprès des collecteurs et revendeurs de ces dernières. La seconde difficulté c'est d'acquérir les lièges pour bouchonner ainsi que les capsules car ces deux sont tous importés, du coup ils sont coûteux. Troisièmement comme toute nouvelle startup je souffre du manque de financement pour industrialisé ma production vu que la demande est exponentielle et de plus en plus croissante".

A-t-il avancé comme préoccupation.

'Bibi', le nouveau produit prometteur

Toutefois, pour Martial Bibi, sa cible est axée vers tous les camerounais au revenu moyen, raison pour laquelle il s'est arrangé à ce que son prix de vente ne dépasse pas les 3000 FCFA. Bibi souhaite par la suite atteindre toutes les couches de la société et cibler une majorité de camerounais qui fréquentent les caves, les buvettes, les bars, snack-bar, les restaurants, les boîtes de nuit, etc...

Cependant, la production est encore rudimentaire, artisanale selon cet entrepreneur, car pour qu'il en arrive à produire 100 litres de vin, il lui faut environ 3 semaines (tout en mettant à contribution la main d'oeuvre familiale tels que sa mère, sa femme ou son petit cousin). La promotion du vin blanc BiBi est en cours dans toute l'étendue du territoire, et promet sans nul doute une production et une ascension fulgurante dans les marchés.

Ne manquez pas notre page Facebook!