Le parcours aura été loin et semé d'embûches, mais depuis le 14 décembre, Joe Biden semble plus que jamais proche de reprendre les rênes de la Maison Blanche. Le démocrate de 78 ans et ancien vice-président de Barack Obama a officiellement été reconnu par le collège électoral américain comme le vainqueur de l'élection présidentielle du 3 novembre dernier. Une étape qui le place à un pas du pouvoir alors que Donald Trump continue de faire souffler un vent de défiance dans le pays en tentant d'entraver jusqu'au bout l'investiture de son adversaire.

Il faut dire que pour beaucoup et notamment dans le camp du président élu, la journée du 14 décembre revêtait une importance capitale pour la suite du processus de transition. Et loin de l'agitation semée par l'attitude du milliardaire déchu, les 306 grands électeurs acquis par Joe Biden au sortir des urnes sur les 538 que compte le collège électoral américain ont tous confirmé les résultats de l'élection à l'occasion d'un vote solennel dans les capitales fédérées.

Pour Biden, 'il est temps de tourner la page'

Dans un discours prononcé ce lundi 14 décembre depuis son fief de Wilmington suite à l'annonce des résultats du vote des grands électeurs, Joe Biden n'a, pour la première fois, pas hésité à fustiger ouvertement la posture de l'actuel hôte de Washington.

Selon lui, "poussée, testée, menacée" par des tentatives de contestation infondées, la démocratie américaine a une nouvelle fois fait la preuve qu'elle était "résistante, vraie et forte". Des mots qui en disent longs sur les inquiétudes nourries depuis des semaines par le camp démocrate sur la perspective d'une transition en douceur.

Désormais, l'ancien sénateur du Delaware n'attend plus que la consécration du Sénat le 6 janvier prochain, tout juste deux semaines avant son investiture devant la Cour suprême des États-Unis. En attendant, à l'échelle internationale, le président russe Vladimir Poutine lui a adressé ses félicitations, lui qui assurait attendre les résultats officiels avant de se prononcer.

Les Républicains se plient au verdict du collège électoral

Du côté des Républicains, Mitch McConnell est la première figure de poids du parti à faire un pas en direction du démocrate qui prendra fonction le 20 janvier prochain. Le Chef de la majorité républicaine au Sénat a en effet félicité Joe Biden pour sa victoire à l'occasion de l'ouverture des débats dans la chambre haute du Parlement américain. Un aveu qui, même s'il aura mis du temps à se concrétiser, semble bien sonner la fin de la folle bataille dans laquelle Donald Trump s'est lancée depuis début novembre pour contester sa défaite à la dernière présidentielle.

Suivez la page Donald Trump
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!