Les autorités sanitaires mènent de plus en plus de campagnes de prévention afin d'informer les Français de l'importance de manger sainement, et de pratiquer une activité sportive. Il est conseillé de supprimer de notre alimentation les produits transformés, qui contiennent une forte teneur en sel, gras et sucre. Si pour la plupart des personnes le message est entendu et conduit à adopter des gestes sains, chez d'autres, cette envie de bien faire peut devenir une obsession, créant ainsi des troubles du comportement alimentaire. Cette nouvelle "maladie" s'appelle : l'orthorexie.

Publicité

L'orthorexie, ce besoin impérieux de manger sainement

Comme tout à chacun le sait, aucun excès n'est bon. Nous sommes alertés de toute part sur l'importance de manger de manière variée, avec les produits les plus bruts possibles. Si pour certaines personnes cela se traduit par délaisser les plats industriels, d'autres vont entrer dans un cercle vicieux, et tenter de supprimer de leur alimentation tout ce qui pourrait nuire à leur santé. Lorsqu'elles font leurs courses, ces personnes peuvent passer des heures à scruter chaque étiquette, et vont bannir de leurs repas le gluten, les produits laitiers, la viande, la nourriture industrielle pour se concentrer sur la nourriture bio, afin de préserver leur santé.

Elles sont persuadées que non seulement une bonne alimentation est profitable à leur santé, mais également que grâce à leur régime alimentaire, elles vont pouvoir améliorer leur santé, fuyant tout ce qui pourrait leur être préjudiciable. Elles analysent la vertu de chaque aliment, se renseignent sur les meilleures cuissons, le meilleur mode de consommation, pouvant y passer des heures. La nourriture devient alors une obsession, jusqu'à n'être plus que la seule préoccupation.

L'absence de reconnaissance officielle de l'orthorexie par la médecine

Contrairement à l'anorexie où les personnes atteintes par la maladie cherchent à perdre du poids et à supprimer de leur alimentation tout ce qui est jugé calorique, la personne qui souffre d'orthorexie ne cherche pas à perdre du poids, mais à manger sainement, à manger mieux.

Publicité

La motivation première n'est donc pas leur physique mais leur santé, et ces personnes ne cherchent pas à limiter les quantités mais à améliorer la qualité des aliments ingérés. La volonté est d'éradiquer tout ce qui est susceptible de nuire à leur corps. Cette maladie doit faire l'objet d'un diagnostic posé par un professionnel de la santé. Néanmoins à l'heure actuelle la classification internationale des maladies refuse de l'intégrer. Cette obsession n'est pourtant pas nouvelle, mais date du début des années 1990, aux Etats-Unis, et Steven Bratman, médecin américain la décrit officiellement pour la première fois en 1997.

Certains spécialistes estiment que cette obsession se situe entre le trouble obsessionnel compulsif et la phobie (de tomber malade ou de mourir notamment). Ce trouble doit être traité par un médecin (psychologue, psychiatre et / ou nutritionniste) et n'est pas à prendre à la légère.