Dans la continuité des conseils à l'écriture que je propose, vous pourrez trouver dans cet article quelques pistes qui pourront vous donner une vision plus large dans la démarche d'écriture que vous souhaitez entreprendre. Ecrire est une discipline très diversifiée. Elle s'inscrit dans plusieurs domaines, mais ces premiers conseils que je vous offre ont pour objectif de faire un bilan et un état des lieux de votre situation face à l'écriture. Vous pourrez ainsi avoir des premières bases pour démarrer et pour commencer à mettre des mots sur des émotions.

Avant d'écrire un roman, des nouvelles, des poèmes, des chansons ou des textes courts, il faut d'abord savoir ce qu'est « écrire ». Chacun est capable de mettre des mots sur ce qu'il ressent, sur ce qu'il voit et sur ce qu'il pense. Ce n'est pas tant une question de technique d'abord ; c'est avant tout une question d'amour. La technique est importante. Elle permet de construire une structure, de respecter des règles (orthographe, grammaire, syntaxe, conjugaison, etc), mais vous ne pourrez jamais écrire de manière efficace si vous n'aimez pas les mots.

Pour développer un lien affectif avec les mots, il faut se familiariser avec la poésie et la littérature, quel que soit le pays.

Varier son vocabulaire

Par exemple, lorsque nous étions à l'école, nous avons tous avalé par cœur des dizaines de poésies. En soi, on peut considérer que cela n'avait pas grand intérêt. Mais lorsqu'on y réfléchit bien, on commence à aimer la poésie quand on commence à l'étudier de très près.

On découvre que le poète a écrit de manière très minutieuse et précise, et que la structure de son poème révèle la vraie richesse de la langue. Pourquoi étudier la poésie ? Parce que vous apprendrez que le seul souci du poète, est de trouver le mot juste pour réussir à transmettre son émotion. C'est ce qui fait la beauté et la profondeur des poèmes. C'est ce qui fait que nous sommes touchés par les mots qu'ils contiennent.

Si vous essayez d'écrire un poème, vous vous rendrez très vite compte que la principale difficulté que vous aurez à gérer est le vocabulaire. Vous allez devoir puiser dans votre dictionnaire intérieur pour choisir les bons mots afin que votre texte soit compris et soit ressentit. Les meilleurs auteurs de littérature sont ceux qui manient la prose et la rime. Plus vous maîtrisez la poésie, plus écrire en prose est facile.

Intéressons-nous au vocabulaire. Il n'est pas question d'apprendre des mots difficiles. Il est juste nécessaire d'apprendre des mots simples que nous pouvons utiliser de manière courante et avec lesquels nous pourrons jongler.

Faites un petit exercice. Choisissez un mot et utilisez-le dans des contextes différents. Faisons-le ensemble. Prenons le mot : « abdiquer ». On l'utilise en général dans un contexte militaire ou de pouvoir : « Le Roi a abdiqué », ou « Face à la réalité de sa défaite, l'armée ennemie a abdiqué ». C'est donc au sens de « capituler ». Mais si vous faites preuve d'un peu d'imagination, vous pouvez très bien utiliser ce mot dans un autre contexte : « Face aux épreuves de la vie, son cœur a abdiqué » ou bien « L'amour trop fort qu'elle éprouvait pour lui a fait abdiquer sa raison. » Faites du mot ce que vous voulez.

Cette manière de sortir les mots de leur contexte habituel permet de créer du style à vos écrits et permet surtout de créer des images dans l'esprit de vos lecteurs. Vous savez bien que les phrases les plus percutantes sont celles qui sont imagées et qui font appel à notre imagination et à notre réflexion. Par exemple : « Sa douleur était tellement forte qu'il en a pleuré. » Si vous souhaitez donner plus de force et de charge émotionnelle à ce que vit le personnage, vous pouvez changer la phrase en créant des images dans les mots : « Sa douleur était tellement forte qu'il avait l'impression que des larmes de sang coulaient sur ses joues.

» Ici, le lecteur est pris aux tripes car il est obligé d'imaginer la scène et il vit la douleur du personnage.

Supprimer les blocages

Maintenant, concernant les textes courts, comment mettre des mots sur des émotions ? C'est très simple. Supprimez d'abord tous vos blocages psychologiques du genre : « Je ne sais pas écrire ! C'est nul ! Personne ne va aimer ! » Si vous avez quelque chose à dire, écrivez-le car c'est votre cœur qui vous le dicte. Ecrivez sans vous soucier de la structure, de l'orthographe, de la grammaire, de la syntaxe et de la conjugaison. Laissez seulement votre cœur parler.

Même si vous avez l'impression que cela va dans tous les sens, ce n'est pas grave. Ecrivez ! Ensuite, lorsque vous sentirez que votre cœur n'a plus rien à dire, arrêtez-vous. Laissez passer une heure ou une journée et revenez vers votre texte. Relisez-les. Vous allez être étonnés de redécouvrir ce que vous avez écrit car vous n'aurez plus le même regard et vous ne serez plus dans le même état d'esprit. Le texte vous semblera sûrement imparfait et c'est cela qui est intéressant. Lorsque vous relisez, ce n'est plus votre cœur qui agit, mais votre raison, votre tête. Une fois que votre cœur a su s'exprimer, c'est votre raison qui va mettre de l'ordre dans votre texte.

Vous allez relire, modifier, corriger et améliorer jusqu'à arriver à être en paix avec votre texte. Vous devez en être satisfait. N'hésitez pas à le faire relire par des personnes qui ont l'habitude d'écrire. Le regard extérieur est important. Dès le moment où vous êtes capables de juger de l'imperfection de vos écrits, c'est que vous êtes aussi capables de les améliorer. Trouver son texte mauvais c'est une chance d'y apporter plus de perfection. La critique est un cadeau et l'auto-critique est de la sagesse.

Ne manquez pas notre page Facebook!