Richard Gingras a une voix ferme et des cheveux blancs mi-longs et droits qui lui donnent le charme et l'autorité à la fois d'un gourou et d'un penseur de la Renaissance. Nous avons parlé pendant une heure via Google Meet - moi en fin d'après-midi de ma chambre dans la campagne de Rome, lui de sa maison dans la Silicon Valley lors d'un beau matin. Nous avons discuté de l'actualité locale et de la liberté d'expression, de la société ouverte et d'Internet.

Dans une interview exclusive avec Blasting News, Gingras - le vice-président de Google Actualités - analyse les défis les plus importants auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui, y compris l'avenir des nouvelles, comment la technologie peut aider à favoriser un meilleur paysage médiatique, comment la pandémie a changé l'information et comment Google travaille pour créer un écosystème d'informations plus inclusif et plus sain dans le monde.

Malgré la pandémie et la lutte des médias, Gingras est optimiste quant à l'avenir des médias et du journalisme, soulignant que la clé “est de donner aux citoyens les informations dont ils ont besoin pour être des citoyens informés”.

Que fait activement Google pour aider les utilisateurs, les médias et les journalistes à traverser cette période très incertaine ?

Il existe de nombreuses dimensions: tout d'abord, ce que nous faisons pour nous assurer que les utilisateurs qui utilisent les produits Google aient accès aux bonnes informations.

L’actualité peut partager des vecteurs de fausses informations et de désinformation, nous l’avons donc examinée dans plusieurs dimensions.

La première consiste à nous assurer que nous fournissons les bons articles faisant autorité en réponse aux requêtes de la pandémie. Le niveau de requêtes autour de la pandémie a explosé.

On passe au mode que l'on utilise lors des élections: s'assurer que le site fait autorité, diminuer la focalisation sur l'opinion car l'opinion est souvent moins fiable.

Deuxièmement, lors d’une pandémie, un élément clé est de savoir quels sont les chiffres, combien de cas et où ils sont, quel est le taux de mortalité.

Nous avons fait des efforts particuliers pour nous adresser à des sources directes dans les pays du monde entier pour obtenir les informations des gouvernements là où elles sont disponibles, de l'Organisation mondiale de la santé à des organes de presse.

La troisième est que dans beaucoup de ces requêtes, le trafic vers les sites d'information a augmenté, mais l'intérêt de ces utilisateurs porte moins sur la dimension politique de la pandémie que sur la dimension pratique. Quel impact cela a-t-il sur ma vie quotidienne? Que se passe-t-il dans ma communauté? Quel est le statut des écoles? Et des magasins? Aux États-Unis, nous avons partagé les questions les plus posées avec les agences de presse pour nous assurer qu'elles disposent d'une page contenant une réponse aux questions des utilisateurs.

Ce sont les choses pratiques - mais nous avons aussi des questions financières liées à la pandémie…

La COVID-19 a eu un impact: les entreprises ne sont pas ouvertes, les revenus publicitaires diminuent. C’est un problème énorme et nous ne pouvons pas le résoudre seuls. Nous avons lancé un fonds mondial de secours au journalisme où nous avons distribué quelques 40 millions de dollars aux agences de presse locales du monde entier, 56 000 agences de presse locales au total.

Encore une fois, ce sont des actions immédiates. Mais que faisons-nous pour favoriser la prochaine génération d'écosystèmes d'information au niveau national et au niveau local? Comment gérer l'évolution du business model et l'évolution du journalisme?

Je suis très optimiste quant à l’avenir du journalisme et à l’avenir de l’information, mais cela nécessite une réinvention et une mise à niveau massive des résultats de cette réinvention à travers le monde.

Comme vous le savez, l'infodémie de la COVID-19 est presque aussi inquiétante que la propagation du virus lui-même. Comment Google combat-il cela ?

Il s’agit d’adapter plusieurs des mécanismes que nous avions mis en place et que nous avons encore pour lutter contre la désinformation. Nous travaillons au niveau de la sécurité: surveillons-nous les mauvais acteurs en coordonnant les efforts de désinformation? Et les faux sites?

Deuxièmement, nous travaillons avec notre algorithme pour nous assurer qu'il capture les bonnes phrases sur la pandémie, les bons mots et les bonnes structures.

Ensuite, nous élargissons certains des programmes, comme les vérifications des faits, qui aident à lutter contre la désinformation. La communauté de la vérification des faits s'est considérablement développée au cours des dernières années - nous avons joué un rôle dans son élaboration et nous pensons que c'est une dynamique très importante.

Nous poursuivons également notre formation et notre travail avec les rédactions pour nous assurer qu'elles connaissent également les différentes techniques de détection de la désinformation.

Mais cette pandémie n'est pas seulement une question de mauvais acteurs, elle a également un impact politique important dans le monde.

En général, la désinformation est un problème de société et cette pandémie est devenue un problème de division politique dans le monde entier, qui est allé au-delà de la performance des mauvais acteurs dans le coin sombre d'Internet.

Les médias traditionnels sont impliqués dans cela, les médias grand public jouent leur rôle dans cela, nos politiciens dans de nombreuses régions du monde cherchent eux-mêmes à déformer ou à fausser la perception des gens sur le problème d’une manière que nous considérons tous comme malsaine.

Pensez-vous qu'il pourrait y avoir un avant et un après COVID-19 dans le monde numérique selon les réseaux sociaux? Est-ce un tournant pour le monde numérique ?

Théoriquement oui. Avant de lancer le Fonds d'aide au journalisme, j'avais des réunions avec des associations d'actualités dans différentes parties du monde. Durant plusieurs de ces appels, je me suis souvenu des publications locales qui avaient dit que “c'est un réveil par rapport à nos stratégies numériques”.

Maintenant, franchement, c'est une chose profondément décevante à entendre, en plus d'être encourageante. Décevant dans le sens où nous utilisons Internet depuis 25 ans et que vous avez des entités d'informations traditionnelles qui n'ont pas poursuivi de manière agressive les stratégies numériques. D’autre part, je suis une personne optimiste et je me dis: "d'accord, au moins tu tires la sonnette d’alarme." Comment est-ce qu'on avance? Plus généralement, cette pandémie accentue l'attention sur ce qui est important et ce qui ne l'est pas, à la fois en termes de nature du journalisme que vous proposez et du modèle commercial que vous utilisez pour le fournir.

Quelle est la motivation derrière la Google News Initiative ?

La motivation est simple: c’est ainsi que nous permettons cet écosystème d’actualités sain. Je travaille chez Google depuis plus de 10 ans et je suis venu chez Google parce que j’avais le sentiment que c’était une entreprise assez unique: son succès repose sur un écosystème ouvert. Nous avons des idéaux de haut niveau sur l'importance du journalisme dans les sociétés ouvertes et je peux prouver que notre entreprise réussit mieux dans les sociétés ouvertes.

Mais si vous comptez sur nos intérêts financiers, nous devons nous assurer qu'il existe un écosystème sain, car sans lui, ce n'est pas bon pour la recherche ni pour les technologies publicitaires. Mais en réalité, c’est la confiance qui fait que nous pouvons faire en sorte d’aider à trouver ces nouveaux modèles de réussite afin de créer un écosystème sain à l’avenir.

Voyez-vous une tension entre le monde du journalisme objectif et de haute qualité et un modèle de revenus publicitaires qui pourrait générer une culture du clickbait ?

Dans nos sociétés, les médias d'information ont été largement soutenus par la publicité depuis leur création. Nous avons parlé de l'économie de l'attention. Ce n'est pas nouveau, nous avons eu une économie d'attention depuis l'introduction de la radio et de la télévision. On peut même dire depuis l'introduction des journaux. La publicité dans l'économie de l'attention n'est donc pas particulièrement différente ici.

Aujourd’hui, en termes de méthode de soutien financier pour un journalisme indépendant fort, il n'y a pas de modèle particulièrement parfait.

S'il est financé par la publicité, vous pouvez dire: "Eh bien, suis-je susceptible de modifier l'orientation de mon travail journalistique en fonction de l'intérêt de mes revenus publicitaires et de l'annonceur spécifique?" Il y a toujours ce risque. Il en va de même pour le modèle d'adhésion et d'abonnement. Je pense que c'est une approche très puissante, mais vous pouvez déplacer l'orientation, le ton ou l'attitude politique de votre couverture vers ce que vous pensez que vos abonnés veulent. Vous pouvez dire la même chose du soutien philanthropique ou de tout autre soutien institutionnel.

Il y a toujours la possibilité que vous alliez biaiser vos efforts journalistiques en fonction de ce que ceux qui vous soutiennent veulent que vous fassiez.

Donc, en fin de compte, il s'agit de la sagesse des dirigeants. Nous avons des exemples de succès avec des modèles de publicité, des modèles d'adhésion ou des modèles de soutien du gouvernement. Mais tout dépend de la sagesse des dirigeants et de la façon dont ils résistent à l'envie d'être influencés par le flux de dollars.

Pensez-vous que l'avenir de l'actualité réside dans un modèle d'abonnement ? Ou voyez-vous toujours un espace pour un modèle de revenus publicitaires ?

Je ne pense pas qu’il y ait de doute, il y a un avenir pour la publicité. Lorsque vous pensez à des modèles efficaces pour soutenir le journalisme, il est important de reconnaître que l'écosystème de l'information n'est pas homogène.

Il s'agit d'une gamme de différents types de produits, axés sur différents types d'audience. Il y a une grande différence entre une publication nationale ou même une publication internationale comme le New York Times, par rapport à une publication locale comme le Longmont Observer au Colorado, la composition des revenus variera en conséquence.

Regardons la publicité: qu’est-il arrivé aux journaux aux États-Unis? Il y a 40 ans, ils étaient l'Internet de leurs communautés, vous les consultiez pour chaque information dont vous aviez besoin. Et la plupart ne concernaient pas l’actualité. Vous vouliez savoir où les films étaient diffusés, si vous pouviez obtenir des coupons de réduction au supermarché, sur les résultats sportifs, les cotations boursières.

Ce qui s'est passé, ce n'est pas que les revenus ont bougé, mais le public a bougé. Vous ne vous rendez plus dans les journaux pour obtenir ces informations. Vous allez sur des sites Internet. Nous travaillons donc beaucoup au niveau local avec les éditeurs locaux: ils travaillent sur leurs communautés. Oui, le journalisme de responsabilité est important, mais les médias locaux sont également importants et la publicité est pertinente pour eux. Village Media a connu les trois meilleurs mois de ses dix ans d'histoire pendant la COVID-19, car ils réussissent très bien à établir des relations avec les institutions locales de leur communauté.

Donc, pour résumer, il existe des opportunités dans la publicité, mais elles dépendent beaucoup de leur contenu. Si vous êtes comme ProPublica, la publicité ne sera probablement pas la solution - mais pour l’actualité locale, je pense qu'il y a une opportunité.

Depuis 2016, le monde de la technologie a pris des précautions contre les ingérences d'acteurs étrangers. Quelles mesures prenez-vous à la lumière des élections de cette année?

Ce que nous avons fait lors des élections dans la plupart des pays du monde, c’est de travailler avec des organisations comme la First Draft Coalition et de mettre en place des organes de presse collectifs pour essentiellement gérer les salles de guerre et dire «d’accord, suivons ce qui se passe». Les playbooks que nous avons mis en place sont assez cohérents, mais ils doivent être modifiés pour chaque nouvelle élection dans toutes les régions du monde.

Blasting News est une plateforme ouverte et notre mission est de donner une voix aux gens. Dans quelle mesure pensez-vous que cela est possible et quels sont les principaux défis ?

Je pense qu'il est très possible de donner une voix aux gens. Je pense que le défi, comme toute autre chose, est de comprendre où cela peut fonctionner ou non. Pour quel type de journaliste ? Concentrez-vous sur quel type d'information, cela peut-il fonctionner ou non. Je ne pense pas que ce soit nécessairement la bonne voie pour un journaliste qui vient de sortir de ses études parce qu’il n’a établi aucun domaine d’expertise, aucune réputation. Je pense que l'autre élément important est: que peut-on faire de plus du point de vue de la collaboration et de la syndication ? Il se passe beaucoup de choses dans le journalisme collaboratif. Comment rassembler un réseau de journalistes indépendants ? En parlant de syndication, la question est de savoir comment gagner un public ? Votre travail est-il utilisé par d'autres médias ?

Quelle est votre vision des médias dans les dix prochaines années?

Je vais vous dire sur quoi je suis optimiste et je peux également vous dire ce qui me préoccupe un peu. Je suis plus optimiste que pessimiste, alors je commence par le pessimiste. La grande question qui se pose au monde aujourd'hui est qu'Internet a fondamentalement permis de développer est la liberté d'expression au-delà des rêves de n'importe lequel d'entre nous qui croit fermement en la liberté d’expression. Je vis dans un pays avec le premier amendement, qui est probablement aussi audacieux que n'importe quelle déclaration de liberté d’expression que vous avez n'importe où dans le monde. Je pense qu'Internet a permis cela au-delà de tout rêve que je n’aurais jamais eu il y a 20 ans. Vous pouvez l'utiliser pour diffuser des informations de qualité et réfléchies pour informer les citoyens des sociétés, ou vous pouvez l'utiliser pour produire de la propagande.

La question clé qui nous attend partout dans le monde est la suivante: comment gérons-nous la liberté d’expression dans le monde d'Internet? C'est une question sans réponse. Comment aborder notre inclination intrinsèque en tant qu'êtres humains à être tribaux? Si le chef de ma tribu dit que la lune est bleue, alors en tant que membre de cette tribu, je vais regarder la lune et dire "peut-être que c'est vrai", parce que si je dis que ce n'est pas le cas, alors peut-être que je serai expulsé. Le journalisme doit trouver des solutions à ces questions. Ma définition préférée du journalisme est de donner aux citoyens les connaissances et les informations dont ils ont besoin pour être des citoyens informés. Apprenez-leur à penser, ne leur dites pas quoi penser. Le journalisme ne doit pas réaffirmer le point de vue spécifique des gens et être victime de notre nature tribale.

Et votre point de vue optimiste ?

Nous pouvons utiliser la technologie pour nous permettre de faire du journalisme que nous ne pouvions pas faire auparavant. Dans un monde de big data, les outils sont cruciaux. Mais il y a une question plus fondamentale: écoutez-vous votre public ? Faites-vous évoluer votre approche pour répondre à leurs besoins ? Faites-vous évoluer vos approches du journalisme qui sont adaptées à notre époque? Comment pouvons-nous utiliser le journalisme de données pour guider nos communautés afin qu'elles comprennent ce qui est important et ce qui ne l’est pas ?

Je vais vous donner un exemple. Il y a eu cette attaque du Parlement à Londres il y a cinq ou six ans. Quatre personnes sont mortes. C'était évidemment une grande histoire. Ici, aux États-Unis, nos réseaux d'information ont mis à la Une pendant deux ou trois jours cette attaque. Ils ne parlaient que de l'attentat de Londres, en republiant de courtes vidéos de l'événement. Quatre personnes sont mortes. Or, pendant ce temps aux États-Unis, il y a eu des fusillades en masse de quatre personnes ou plus qui ne sont pas entrées dans le cycle de l’information. Comment pouvons-nous guider nos citoyens à devenir des citoyens informés si nous ne pouvons pas leur donner une meilleure compréhension statistique de ce qui est important et de ce qui ne l’est pas? Nous avons des gens qui votent sur la base de craintes injustifiées du terrorisme étranger par rapport à la situation avec les taux de diplomatie dans leurs écoles, avec le taux de criminalité dans leurs communautés, avec l'indice de qualité de l'air, avec l'indice économique. Ont-ils une bonne compréhension des paramètres clés de leur communauté? Là encore, la clé est de donner aux citoyens les informations dont ils ont besoin pour être des citoyens informés. Je suis optimiste à ce sujet, mais il y a des défis. Cependant, pour résoudre ces problèmes, je pense que nous devons d’abord comprendre les bonnes questions, car sans la compréhension des bonnes questions, vous ne pouvez pas espérer obtenir les bonnes réponses.

Suivez la page Blasting Talks
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!