Le 16 mars, le Président Emmanuel Macron annonçait le confinement obligatoire de tous les citoyens français à leur domicile en période de Coronavirus, avec possibilité de déplacements en extérieur sous certaines conditions bien précises, notamment de posséder sur soi une attestation dérogatoire de déplacements. Une semaine plus tard, ce 23 mars à 20h sur la chaîne TF1, le premier ministre est revenu sur ces mesures de confinement, jugées encore trop légères.

Un manque de discipline chez les Français

Peu avant l'annonce des règles de confinement, de nombreux citoyens avaient été aperçus dans les marchés, dans les rues, sur les plages ou dans les parcs.

Rassemblements que l'on constate toujours à l'heure actuelle malgré l'interdiction, surtout dans la capitale. Une situation qui n'a pas échappé aux plus consciencieux d'entre nous sur les réseaux sociaux :

Une partie des citoyens français, comme chez nos voisins italiens et allemands, continue à outre-passer le confinement et à sortir régulièrement, influençant sans le savoir parfois d'autres gens à faire de même, ce qui augmente malheureusement la propagation du Coronavirus.

Un renforcement des règles

C'est pour contrer le non-respect de ces mesures obligatoires que le gouvernement a décidé de se montrer plus sévère, d'autant que la période de confinement pourrait être prolongée. En effet, le premier ministre Edouard Philippe a déclaré qu'un décret en faveur de ce "durcissement des mesures" serait signé le 23 mars à minuit.

Sont désormais modifiés :

  • Le montant des amendes, en cas de sortie en extérieur non justifiée, en grand nombre, ou sans attestation de déplacement. Au début, l'amende s'élevait à 38 euros. A partir d'aujourd'hui, elle sera de 135 euros, avec majoration à 375 euros et 1500 euros en cas de récidive.
  • L'attestation dérogatoire de déplacements. Une nouvelle information devra être apportée sur le document, à savoir : l'heure de sortie de son domicile.
  • Les pratiques sportives, en raison d'une multiplication importante du nombre de joggeurs dans les rues depuis l'annonce de confinement. Il s'agit davantage d'une précision stipulant que les sorties sportives ou pour prendre l'air, notamment avec ses enfants, devront se faire dans un rayon de 1 kilomètre du domicile, pendant une heure maximum et une seule fois par jour.
  • L'arrêt des marchés ouverts. Il y avait été constaté que les distances de sécurité de 1 mètre étaient rarement appliquées, tout comme le nombre de personnes sur place n'était pas contrôlé. Cependant Edouard Philippe a précisé que cette fermeture des marchés ouverts serait soumise à l'appréciation des préfets et maires français, qui seront les seuls décisionnaires.
  • Les déplacements d'ordre médical, qui ne sont plus autorisés qu'en cas d'urgences ou de convocations. Le but étant de favoriser l'accès aux personnes les plus fragiles et d'alléger le travail du personnel médical.
  • Les rassemblements en cas d'enterrement, limités à une vingtaine de personnes.

En renforçant ces règles, le gouvernement espère faire comprendre aux Français encore récalcitrants à l'application rigoureuse de ces mesures, les enjeux sanitaires importants pour faire reculer la progression du virus.

Suivez la page Coronavirus
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!