Les travailleurs du domaine de la santé font partie des rares personnes à ne pas être concernées par le confinement, puisque tous sont mobilisés afin de prendre en charge les patients atteints du COVID-19, au péril de leur propre santé. Leur dévouement quotidien et leur travail exceptionnel n'est plus à prouver aujourd'hui, et c'est dans ce sens que Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics, a remis en lumière la question de leur rémunération.

Une possible revalorisation

La discussion a eu lieu à l'Assemblée générale ce jeudi 19 mars, lors de l'exposition du projet de loi de finances rectificatives (PLFR), concernant la crise sanitaire du Coronavirus.

Gérald Darmanin a alors déclaré qu'une provision serait déterminée dans les prochains jours, permettant de rémunérer chaque heure supplémentaire pour l'ensemble du milieu hospitalier, et qu'une revalorisation des salaires serait discutée, en collaboration avec le ministre de la Santé et de la solidarité.

Une provision qui a un coût

Cependant, une précision importante a été apportée par le ministre de l'Action et des Comptes publics. En effet, pour pouvoir instaurer ce projet, deux milliards d'euros devraient être injectés à ce PLFR, nécessaires pour "couvrir les achats de matériel pour les professionnels de santé, singulièrement des masques, et les indemnités journalières" pour les arrêts maladie.

Les conséquences d'une crise sans précédent

Cela fait un an que les hôpitaux publics et leur personnel ont exprimé leur mécontentement général face à leur environnement de travail difficile, où le manque de moyens et les salaires bas en vu des nombreuses heures de travail supplémentaire ont entraîné une baisse du personnel soignant, démotivé.

Jusqu'ici, leurs revendications de ce début d'année n'avaient pas été entendues. Jeudi soir sur France 2, c'est un discours en faveur du redressement économique français qui a été donné. En parlant de cette réévaluation salariale, Gérald Darmanin a ajouté que sa mise en oeuvre s'effectuera après cette "crise économique et sanitaire extrêmement grave." et que les agents publics ayant joué un rôle durant cette période ne seraient pas laissés de côté.

Sur les réseaux sociaux, la solidarité des citoyens français envers le personnel soignant est à son maximum :

Par ailleurs, la trésorerie des entreprises bénéficierait aussi d'une aide financière, à hauteur de 35 milliards d'euros.

Mais Gérald Darmanin précise que ce n'est pas une liste exhaustive et que d'autres dispositions pourraient être prises, selon l'évolution de la situation engendrée par la catastrophe du Coronavirus.

Suivez la page Coronavirus
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!