Ce mardi 8 décembre 2020, le Royaume-Uni commence à vacciner une partie de ses ressortissants. Si les doutes peuvent exister concernant la fiabilité de ces derniers, ils sont censés aider les pays du monde à sortir du confinement et à essayer d'aller de l'avant. Alors que les fêtes de fin d'année approchent à grand pas, le gouvernement d'Emmanuel Macron fait le maximum pour se rapprocher de l'objectif de 5000 cas maximum par jour. Contrôler la seconde vague devient primordial alors que selon de nombreux experts, une troisième vague devrait arriver.

On peut ainsi citer le Professeur Renaud Piarroux qui déclare qu'une "troisième vague est possible" après les fêtes de fin d'année. Lui comme ses collaborateurs craignent une forte reprise et une reprise épidémique dès 2021, entre janvier et mars. Si régulièrement les experts ne sont pas d'accord sur la propagation de la pandémie, ils semblent cette fois être sur la même longueur d'ondes.

Une troisième vague trop difficile à maîtriser ?

Le vaccin comme solution miracle ? Oui on aimerait en être convaincu. Il faudra surveiller avec attention la situation du Royaume-Uni, qui a injecté son premier vaccin sur une femme âgée de 91 ans ce 8 décembre. Il se pourrait que la solution et les premiers résultats positifs influencent la stratégie d'autres pays.

Si Jean Castex, avec l'ensemble des membres du gouvernement, travaille sur une stratégie de vaccination, il n'écarte pas l'arrivée d'une troisième vague dès le début de l'année 2021.

Selon les différentes informations, les épidémiologistes craignent un fort rebond du nombre de cas positifs. On rappelle que les premières personnes qui devront être vaccinées sont les personnes à risque.

Si tout cela se passe bien, le déconfinement total devrait arriver rapidement et un retour à la normale ne serait pas pour l’été 2021. Aujourd'hui, l'Asie épicentre de l'épidémie est frappé par cette troisième vague.

Pour ce qui est du vaccin, l’infectiologue Odile Launay, invitée de BFMTV ce lundi 7 décembre, en a parlé. Elle a confirmé qu’il y avait « de fortes chances d’avoir une troisième vague ».

« Le vaccin risque de ne pas l’empêcher car on va avoir des doses trop limitées au départ », explique l’infectiologue.

Le gouvernement envisagerait trois scénarios

En mars dernier, c'est-à-dire il y a environ un an, la France a été confinée pour la première fois, une mesure forte dans une première étape contre cette "guerre sanitaire", comme l'avait évoqué Emmanuel Macron. Si une troisième vague frappe le pays, il faudra de nouveau prendre des mesures. Voici les solutions envisagées : limiter le nombre de personnes dans un même endroit. Une stratégie déjà adoptée par de nombreuses enseignes, qui respectent une jauge de clients par mètre carré. Un prolongement du couvre feu jusqu'à l'été prochain pourrait être mis en place.

Enfin, si ce n'est pas la solution privilégiée par l'Etat, un confinement total pourrait être mis en place.

Suivez la page Covid-19
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!