Pour répondre à la demande du consommateur, des sodas garantis sans sucre ont été mis sur le marché. Chaque marque propose en général une alternative dite "#light" à la #boisson d'origine. Cependant des doutes ont toujours persisté quant à savoir ce qu'entraînait une consommation régulière de ce type de produit. Une étude récente ne vient pas rassurer les adeptes du light. Elle est le fruit de chercheurs américains. Les conclusions ont été exposées dans la revue Obesity Facts.

Une enquête indépendante peu rassurante

Aux Etats-Unis comme partout ailleurs dans le monde, il est préférable de se méfier des enquêtes relatives à la santé.

Le poids des lobbies est tel que de grandes entreprises peuvent elle-même acheter des chercheurs pour arriver à des conclusions leur étant bien entendu favorables. Il est donc important de spécifier que cette enquête à été réalisée sans l'appui de l'industrie agro-alimentaire. L'étude se base elle-même sur trente autres études étalées sur une durée de dix ans. Leurs conclusions avaient été dévoilées au public entre 2013 et 2015. Des adultes et enfants du monde entier y ont pris part. Au total, ces enquêtes ont concerné pas moins de 245 000 individus. Très vite, un lien a pu être établi entre une consommation des boissons lights et une prise de poids. Pourtant ces boissons ne contiennent pas de sucre. Il faut donc trouver les causes réelles qui engendrent de tels résultats.

Des causes multiples pas encore clairement définies

SI le lien entre prise de poids et habitude de consommer des boissons light est établi, il reste à en trouver les raisons.

Différentes théories existent donc. La principale hypothèse consisterait à incriminer les édulcorants présents dans les boissons comme l'aspartame ou le sucralose. Ceux qui permettent de donner la sensation de boire un produit sucré. Ces édulcorants pourraient entraîner une sensation de faim qui inciterait au grignotage. Une seconde idée viserait à affirmer que les édulcorants perturberait le fonctionnement de l'intestin et seraient ainsi source de diabète. Les chercheurs, dans leurs conclusions, souhaitent que les États prennent enfin des mesures afin de réduire les ventes de ces produits. Pour ce faire, peuvent être mis en place des taxes sodas ou encore une simple augmentation des prix en instaurant pourquoi pas des quotas. Il y a peu de chances que de telles mesures soient prises, surtout aux Etats-Unis où l'on connaît le poids de l'industrie agro-alimentaire. #Obésité