Jordan, supporteur du club de la capitale a connu une sacrée mésaventure ce dimanche. Alors qu'il porte un bas de survêtement du PSG, l'homme qui vit à Beauvais pénètre de bon matin dans le bar "le Petit potard" situé rue d'Amiens. Il est alors 8h30 du matin, et Jordan tombe nez à nez avec 70 Supporteurs de l'OM qui font une escale avant de reprendre la route vers le Stade de la Licorne, où leur équipe joue dans l'après-midi. Mais ce face à face va dégénérer comme le raconte le Picard : "Ça a commencé par des insultes et, rapidement, j’ai pris des gifles." confie celui qui reviendra quelques minutes plus tard avec son père et son frère pour avoir des explications sur ce comportement. [VIDEO]

Une attitude qui va ne faire qu'attiser la haine des 70 Marseillais rassemblés qui vont alors s'en prendre au mobilier du bar comme le confie le serveur du "Petit potard" : "Ils ont tout jeté : des verres, les chaises, même les tables contre une Renault Megane stationnée en face. C’est des sauvages"

Il faut dire que même avant l'arrivée de ce supporteur des rouges et bleus, les fans olympiens avaient déjà eu raison du propriétaire du bar, dépassé par une clientèle sans gêne : "Ils ont fait escale et ont fait comme s’ils étaient chez eux" raconte un client qui explique que ces derniers allumaient "cigarettes ou joints dans le café" pendant que d'autres "s’amusaient à passer derrière le comptoir"

Une plainte contre l'Olympique de Marseille à venir ?

De nombreux supporteurs marseillais portaient à cette occasion des tee-shirts des Yankees, pourtant le président de ce groupe de supporteurs, Michel Tonini, a tenu à dédouaner son groupe de cet événement, déclarant [VIDEO]: "En aucun cas il ne s'agit d'un convoi officiel organisé par les Yankees. En revanche, nous ne sommes jamais à l'abri d'un ou deux idiots qui portent les tee-shirts de notre groupe."

Dans cette rixe, un blessé léger est à déplorer. Les forces de l'ordre quant à elles, n'ont pas pu faire grand-chose. Bien moins nombreuses que les Marseillais, elles ont relevé des plaques d’immatriculation avant que les supporteurs de l'OM ne regagnent leur bus pour se diriger vers Amiens.

Un enquêteur de la police locale menaçait d'ailleurs le club olympien de lui faire porter la responsabilité de cet événement en cas de difficulté à identifier les fauteurs de troubles : "On attend les plaintes pour dégradations du bar et celle pour violence. Soit on arrive à identifier les supporteurs, soit on fera porter la responsabilité au club de foot".