Notre cerveau est capable de retenir énormément d’informations, de faire des calculs complexes, de distinguer différentes formes. C’est une machine complexe mais néanmoins ultra performante. Malgré cela il lui arrive de commettre des erreurs répétitives, appelées biais cognitifs.Biais cognitifs et paris sportifs

« Un biais cognitif est un mécanisme de la pensée, qui cause une déviation du jugement. Le terme biais fait référence à une déviation systématique par rapport à la réalité. » (Wikipédia) Ces biais cognitifs, qui autrefois servaient à notre survie lorsque nos ancêtres devaient prendre des décisions complexes dans un temps limité, sont dans le monde actuel un désavantage.

La bonne nouvelle c’est que tout le monde est affecté par les biais cognitifs. La mauvaise nouvelle c’est que même lorsque vous connaissez les biais, vous restez sous leur emprise. Beaucoup de parieurs font confiance à leur instinct lorsqu’il s’agit de faire des paris. Mais cet instinct nous fait parfois prendre de mauvaises décisions.

Nous allons voir ensemble les principaux biais cognitifs et leur pouvoir dans le monde des paris sportifs.

L’illusion de Monte-Carlo

Cette illusion provient du fait que nous allons ajuster mentalement les probabilités d’un événement donné en fonction des événements passés. Cette illusion est née de l’histoire d’un casino à Monaco qui aurait vu une de ces roulettes sortir 26 fois d’affilée le rouge. A partir de la 15ème fois où le rouge était sorti, tous les joueurs pensaient que le noir allait sortir et ont massivement misé dessus. Ils se trompaient : les probabilités restaient les mêmes (18/37 pour le noir, 18/37 pour le rouge).

Top vidéos du jour

Ces événements sont indépendants d’un point de vue mathématique et l’événement précédent n’influe en rien sur le suivant.

Dans les paris sportifs, cela peut conduire à penser qu’après une mauvaise série la chance va soudainement revenir. La majorité des parieurs se disent que lorsqu’une équipe vient de perdre 5 matchs d’affilée, elle ne perdra pas le 6ème. Mais chaque match étant indépendant, la probabilité de gagner ce match est la même.

Cette illusion est aussi à l’origine du concept de la « main chaude » qui consiste à penser qu’un joueur a une meilleure probabilité qu’en temps normal de réussir son tir s’il est sur une bonne série. Au final des études ont montré que la probabilité pour un joueur de réussir son tir était inchangé, peu importe la bonne ou la mauvaise série sur laquelle il était.

Mais là où cette illusion est la plus visible est surement dans le comportement du parieur lui-même. Lorsque vous gagnez plusieurs paris de suite, n’avez-vous pas l’impression d’être dans une bonne dynamique, que rien ne peut vous arrêter ? Vous allez alors parier plus, sur plus de matchs afin de tirer profit de vos nouvelles capacités ou de votre don.

Malheureusement pour vous, vos résultats sont surement dus à la variance et vos profits vont disparaître aussi rapidement qu’ils sont arrivés.

Le biais de confirmation

Les gens ont tendance en général à ne pas se sentir bien en présence d’idées différentes des leurs et vont chercher à les éviter. Le cerveau humain préférera retenir les éléments qui sont en adéquation avec sa façon de penser. C’est ce qui fait que nous interagissons avec les mêmes personnes, que nous lisons les mêmes journaux, que nous restons dans notre « bulle ».

Dans les paris sportifs, les parieurs, une fois qu’ils ont une opinion sur un match, vont avoir tendance à ne conserver que les éléments qui pourraient confirmer leur opinion et vont se tenir soigneusement à distance des éléments qui pourraient aller contre. Ce biais provoque donc une information incomplète et partiale sur ce match puisque nous nous cachons une partie de la réalité

C’est un des biais les plus puissants dans les paris sportifs car il nous empêche de pouvoir traiter un match en totale objectivité. Se fier aux statistiques, chercher des informations objectives et être capable de ne pas rester sur notre opinion de départ lorsqu’elle est contredite par des faits permet de limiter ce biais.

Le biais dit du « wagon »

Même si nous ne nous en rendons pas compte, nous avons tendance à suivre le mouvement de la foule. Ce biais est effectif lorsque les pensées et croyances d’une personne changent si un grand nombre de personnes pensent d’une manière différente. Ce biais vient de l’envie du cerveau de se conformer en pensant que si tant de personnes pensent d’une certaine manière, c’est que ce doit être la bonne manière de penser.

Cela entraîne dans les paris sportifs un certain enclin des parieurs à parier sur l’équipe qui reçoit le plus de paris même s’ils ne pensent pas forcément au départ parier sur cette équipe. Ils vont donc se mettre à ne plus réfléchir pour parier sur l’équipe favorite car l’immense majorité des gens ont fait ce pari.

Les bookmakers profitent de ce biais car ils savent que les parieurs vont suivre la foule et vont parier quasiment à l'unanimité sur le favori. Ils vont donc ajuster leurs côtes en fonction de ce paramètre. Ceci explique en partie que parier sur le favori n'est pas forcément rentable.

Le biais d’ancrage

Ce biais affecte notre capacité à estimer le bon nombre de possibilités (buts, points, etc..) d’un événement donné ou la valeur la plus probable. Sans s’en rendre compte, les parieurs prennent un point totalement arbitraire (l’ancre) afin d’estimer leur probabilité. La principale raison est que nous prenons ce point arbitraire comme un point de départ, et avons beaucoup de mal à nous en éloigner lorsque nous faisons une prévision.

Ce biais est très utilisé dans des domaines divers comme le marketing ou les paris sportifs. Les parieurs doivent toujours faire attention aux handicaps ou aux totaux dans les matchs car ils ont une influence capitale sur nos jugements du match.

Par exemple une équipe qui est souvent favorite et qui sur un match est outsider aura tendance à être choisi par les parieurs car ils pensent faire un bon choix. Ils ont l’habitude de voir l’équipe favorite (ancre) et ne cherchent pas à savoir pourquoi elle est outsider (biais).

Conclusion

N’oubliez jamais que les humains ne sont pas des machines. Nos émotions et notre instinct nous font faire des erreurs. C’est pourquoi suivre son instinct en permanence est le meilleur moyen de commettre des erreurs qui peuvent vous coûter cher dans le monde des paris sportifs. Le meilleur moyen de limiter ces erreurs est de connaître les biais cognitifs et de comprendre comment ils impactent notre façon de penser et de parier, ce qui vous permettra d’améliorer votre façon de parier.

Nous verrons dans un prochain article d’autres biais cognitifs qui influent notre façon de parier.

N'hésitez pas à commenter ou à partager si vous trouvez le sujet intéressant!