Le PSG a débuté sa saison de la meilleure des manières. En témoigne les nombreuses victoires tant en Ligue 1 qu'en Ligue des Champions. Pour l'instant les parisiens n'ont toujours pas essuyé de défaite. En Ligue des Champions le PSG s'affirme après trois journée comme la meilleure attaque de la compétition et n'a toujours pas encaissé le moindre but. Mais il faut néanmoins nuancer ce tableau. En effet les critiques ne cessent de monter vis à vis de l'entraîneur parisien et ce, malgré de bons résultats.

Les choix d'Emery souvent incompris

Les supporteurs parisiens commencent à s'agacer progressivement. Pourquoi donc Emery favorise-t-il le statut plutôt que le mérite ? Prenons l'exemple de Meunier.

Ce dernier a sauvé le PSG face à Dijon lors de la dernière journée de Ligue 1 et en sélection belge il s'est à de nombreuses reprises illustré en s'avérant décisif notamment en marquant des buts. Les critiques à l'encontre de certains joueurs qui continuent d'être titularisés s'amplifient. En tête de ces critiques ont peu citer Kurzawa [VIDEO] dont la prestation ce soir face à Andelercht s'est avéré déplorable, surtout en début de match. Jamais le latéral n'a su offrir un apport offensif au trio d'attaque, ses passes sont imprécises et son jeu manque de percussion. Rabiot est également critiqué. Souvent bon dans le passé, le joueur déçoit ces derniers temps et son comportement commence fortement à agacer. Alors que le PSG s'est séparé de Matuidi pour laisser au joueur une place de titulaire celui-ci à affirmer face à la presse vouloir jouer en Angleterre.

Il est critiqué également pour ses nombreuses prises de parole polémiques. [VIDEO] Pourtant Emery semble bien avoir un onze de départ fixe dans son esprit.

Des victoires en ligue des champions mais des physionomies de matchs qui ne rassurent pas

Oui le PSG a marqué quelques 12 buts en trois matchs de Ligue des Champions. Mais si l'on regarde attentivement les matchs ceux-ci ne sont pas de matière à rassurer les supporteurs parisiens. Comme face au Bayern de Munich le 27 septembre dernier le PSG a longtemps reculé en début de période contre Anderlecht. Le bloc parisien reste trop bas pour pouvoir installer et imposer son propre jeu. Le trio offensif bien qu'efficace en attaque n'est pas d'un grand apport défensif et ne facilite pas la tâche des défenseurs.

Toute la question est de savoir si Emery sert ou pas à quelque chose. A-t-il les moyens d'imposer à Neymar et Mbappé un nouveau plan de jeu ? Quoiqu'il en soit l'entraîneur parisien n'aura pas le droit au moindre faux pas ou son avenir s'en verrait quelque peu compromis au sein du club qatari.