Zoumana Camara, ancien joueur du Paris Saint-Germain, est devenu par la suite entraîneur adjoint d'Unai Emery, et a également occupé le même poste auprès de Laurent Blanc. Dans une interview accordée à AllezParis.fr, site d'infromation sur le Paris Saint-Germain, Camara s'est mis à comparer la philosophie de jeu des deux entraîneurs, qui, selon lui, sont deux amoureux du football aux philosophies différentes. Quant Laurent Blanc basait son jeu sur la possession, Unai Emery le basse sur la transition, c'est-à-dire la manière de récupérer le ballon et d'aller de l'avant rapidement afin de « bousculer » l'adversaire. Unai Emery passe aussi plus de temps dans l'analyse vidéo.

Pierre Ménès fait aussi partie de ceux qui ont comparé les modes opératoires de Laurent Blanc et Unai Emery. En mars 2017, il déclarait sa réserve concernant Unai Emery, très critique après les résultats obtenus cette saison du côté du Parc des Princes par Emery. Ami de Laurent Blanc, il avait signifié que ce n'est pas pour cette raison qu'il critiquait Emery [VIDEO], mais bien parce-que, selon lui, le club parisien avait fait de très mauvaises prestations, ayant perdu 4 fois à Monaco, à Montpellier, à Toulouse, et à Guincamp, échoué en Ligue des Champions, etc.

Zoumana Camara, un potentiel successeur en cas de départ d'Unai Emery

Face à un Laurent Blanc arrivé deux fois en quarts de la Ligue des Champions. Il faut rappeler que Laurent Blanc était un entraîneur qui a provoqué de nombreuses interrogations, mais qui a remporté dans le même temps toutes les compétitions nationales, avec, côté plus négatif, trois échecs en quart de finale de la Ligue des Champions, avec, en 2016, l'échec qui a causé son départ face à l'élimination contre Manchester City.

Camara est un ancien joueur qui a mis fin à sa carrière en 2015, rejoignant comme entraîneur adjoint Laurent Blanc puis Unai Emery [VIDEO]. L'entraîneur espagnol déclarait à son sujet en être très satisfait, figure importante pour le club, possédant une réelle motivation pour aider, conseiller, accompagner. Par ailleurs, Unai Enery, entraîneur espagnol depuis 2015, est conscient du fait qu'il est sur la sellette.

De son côté, Camara, en cas de succession, a avoué avoir déjà pensé à devenir titulaire à ce poste, avec tout ce que cela entraîne comme responsabilités, en prenant en compte les nombreux paramètres à gérer, car on pense plus globalement. Cependant, rien ne presse, car Camara, qui a beaucoup appris au côté de Laurent Blanc, préfère continuer d'apprendre au côté d'Emery.