La nouvelle est tombée mercredi, la France organisera la Coupe du Monde 2023 de rugby. Les Bleus l'ont sûrement appris dans le train qui les ramenaient de Lyon, où l'équipe B de France a rencontré l'équipe B de Nouvelle-Zélande (23-28). Petit hazard du calendrier, c'est ce jeudi que Guy Novès annonce sa liste pour le match de samedi face à l'Afrique du Sud. Le sélectionneur devra donc sans doute répondre à quelques questions sur cette Coupe du Monde qui se déroulera en France.

Mais surtout maintenant que l'on sait que c'est la France qui sera l'organisatrice de cet événement, il va falloir faire en sorte que le niveau de l'équipe nationale soit égal à celui des plus grandes nations de rugby, ce qui n'est plus trop le cas depuis plusieurs années.

Les six ans qui vont s'écouler entre le moment présent et la Coupe du Monde 2023 ne seront donc pas superflus. Rappelons que le dernier Tournoi des VI Nations [VIDEO] de l'équipe de France a été loin d'être terrible même si les Bleus ont fini à une belle troisième place, atteinte par miracle. Plus récemment, en juin les tricolores avaient subi trois grosses défaites contre l'Afrique du Sud et ils ont été dominés samedi soir dernier par les ALL-Blacks. On peut aussi rajouter à ce bilan la défaite de mardi contre l'équipe bis de la Nouvelle-Zélande, même si celle-ci reste à nuancer puisque c'était aussi l'équipe B de la France qui a joué cette rencontre. Mais avant de penser au Mondial 2023, les Français vont devoir se concentrer sur les deux derniers matchs de la tournée de novembre et aussi surtout sur la Coupe du Monde 2019 qui se jouera au Japon.

La Coupe du Monde 2019 cruciale dans les six ans donnés aux Français pour revenir au sommet

Si il y a bien un rendez-vous où les Bleus ne vont pas devoir se rater, en plus des prochains Tournois des VI Nations, c'est bien entendu la Coupe du Monde 2019 au Japon. Si la France souhaite réussir, voir s'imposer à domicile, au Mondial 2023, il va falloir qu'ils soient très bons au Pays du Soleil Levant. Surtout qu'après cette compétition il ne leur restera plus que quatre ans pour être prêts. Ce Mondial asiatique sera aussi une bonne occasion pour des jeunes joueurs talentueux comme Dupont Jalabert, Belleau ou encore Ntamack de prendre de l'expérience pour bien se préparer pour 2023.

Un beau parcours en 2019 ne pourra donc qu'être encourageant pour la Coupe du Monde 2023 mais il ne faudra pas seulement s'appuyer sur les talents, il y a aussi beaucoup de travail à faire. Mais cela n'inquiète pas trop Sébastien Chabal. L'ex-international français a avoué, dans des propos rapportés par le site du Parisien, qu'il pense que l'organisation du Mondial va permettre de relancer le dynamisme dans les écoles de rugby, ce qui bénéficiera à l'équipe de France.

Le président de la Fédération Française de Rugby, Bernard Laporte [VIDEO] est allé dans son sens et a expliqué que l'organisation du Mondial 2023 allait apporter économiquement et que cet argent permettra de mettre en place des réformes qui remettront le rugby français sur de bons rails. Rendez-vous dans six ans donc.