Après avoir déboursé la modique somme de 417 millions d'euros pour s'accaparer Mbappé, Berchiche et surtout Neymar, le club parisien avait pour but d'enfin passer un cap en Ligue des Champions. Éliminé en huitième de finale en 2017 face à la remontada de Barcelone, le PSG devait rendre des comptes cette saison et assurer une performance remarquable. Perdant 2-0 au match aller face au Real Madrid [VIDEO], les Parisiens devaient faire un grand match et prouver leur valeur chez eux, au Parc des Princes. Centrés sur des déclarations à la presse à tendance positive pour le duel retour de ce Mardi 6 Mars, les hommes d'Unai Emery n'ont pas fait l'exploit.

Déception pour beaucoup de fans, ce huitième de finale retour aura un goût amer et des changements sont à prévoir. Alors que les rumeurs parlent de Zidane comme prochain entraîneur et que la sortie immédiate d'Emery est largement envisageable, c'est tout le dispositif parisien qui est mis à mal, tant sur le plan du sport que sur l'aspect financier d'une telle compétition.

Quelles sont les répercussions de cette défaite pour le PSG ?

Un mauvais dénouement était évidemment imaginé par la présidence du club, et en regardant de plus près, outre l'aspect footballistique, ce sont les perspectives financières qui vont faire débat dans les prochaines semaines. En effet, 13 millions d'euros disparaissent suite à cette inclinaison précoce en C1 : 6,5 millions attribués aux quarts de finalistes + 2 millions d'euros concernant les droits TV et le sponsoring, et enfin 4 millions et demi d'euros qu'aurait produit un quart de finale de Ligue des Champions au Parc des Princes.

Avec cette défaite, et donc cette absence sur le plan international, Paris se tire une balle dans le pied. Neymar [VIDEO] était également au centre du programme de sponsoring de Nasser Al-Khelaïfi, qui, comme l'explique le journal Le Parisien, avait prévu d'accroître radicalement la somme affectée par Emirates en la multipliant par trois (passant de 25 millions à 75 millions d'euros). Un dernier coup de massue donc, qui ne va pas rassurer les investisseurs.

Enfin, cette éviction de la compétition est une difficulté supplémentaire pour le prestige du club. L'UEFA épiant le PSG pour des questions de fair-play financier, chaque occasion de faire davantage de rendement, en ayant des victoires successives, est bonne à prendre. Dans ce contexte morose, le PSG a fort à faire pour espérer gravir et passer outre ce fameux cap des huitièmes de finale pour l'édition 2019 de la Ligue des Champions. Des modifications sont à venir, peut être aussi importantes que celles de l'année dernière ? Seul l'avenir nous le dira.