Le moins que l'on puisse dire est que l'attaquant suédois a enchaîné les clubs de prestige: la Juventus, l'Inter de Milan, le Barça, l'AC Milan. Celui qui est entré dans la légende du Football avec l'un des plus beaux buts de l'histoire (alors qu'il jouait avec l'Ajax Amsterdam) n'a pas terminé sa carrière et après Manchester United, Zlatan Ibrahimovic continue de régaler sur les terrains américains.

Un voyage outre-atlantique

Libéré par Manchester United, en provenance du PSG, en 2016, le joueur suédois décide de signer avec les Los Angeles Galaxy jusqu'en 2019.

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne Football

Il signe un gros contrat de 1,2 millions d'euros par an, plafond maximal pour la MLS. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le goleador a encore de beau reste car pour son premier match, entrée en cours de jeu, il marque deux buts (dont un spectaculaire, comme d'habitude) et donne la victoire à son nouveau club.

De quoi marquer les esprits, après deux saisons assez ternes en Angleterre, marquées par des blessures.

Mais Zlatan ne s'arrête pas en si bon chemin car pour son premier match comme titulaire, il marque encore le but décisif, lors d'une rencontre contre les Chicago Fire. Le Suédois nous avait donné ce genre d'événements avec le PSG et il a séduit la France par son style et sa personnalité. Nul doute qu'il fera pareil aux Etats-Unis.

Les grands ne meurent jamais

Sensations retrouvées, Zlatan a un autre rêve, qu'il caresse depuis quelques temps. Alors que la coupe du monde 2018 se profile à l'horizon, il a laissé entendre qu'il serait prêt à sortir de sa retraite internationale et d'y participer. Lors d'un interview sur ABC, le géant a confirmé ses intentions, en pariant sur le côté démonstratif.

Selon ses dires, "une Coupe du Monde [VIDEO] sans lui ne serait pas une Coupe du Monde". Monsieur aurait-il pris la grosses tête? Pas sûr quand on voit de quoi il est capable sur les terrains, ses 36 ans ne font guère peur et lui trouver un remplaçant aussi bon ne sera pas chose facile.

Néanmoins, un problème se pose: Janne Andersson. Le sélectionneur de l'équipe nationale a réussi à qualifier son équipe sans Zlatan, qui ne rentre pour l'instant pas dans ses plans. Si la nouvelle de son retour peut ravir les fans, l'entraîneur est encore à convaincre. N'oublions pas qu'après la qualification de la Suède pour la Coupe du Monde, Janne Andersson avait fait savoir qu'il ne voulait pas revoir Zlatan Ibrahimovic en sélection. Et rien ne laisse supposer qu'il ait changé d'avis.

Mais sait-on jamais? La pression populaire peut faire le reste.