C'est le grand soir pour le Paris Saint-Germain. Plus de six mois après son élimination prématurée en 8e de finale face au Real Madrid, le PSG retrouve la Ligue des champions. Certaines choses ont changé depuis mars, avec notamment l'arrivée de Thomas Tüchel en lieu et place d'Unai Emery. L'effectif, lui, est resté dans la stabilité avec seulement quelques retouches comme Juan Bernat [VIDEO], Eric-Maxim Choupo-Moting ou encore Thilo Kehrer. On ajoutera évidemment Gianluigi Buffon même si celui-ci sera suspendu pour tous les matches allers de la phase de poule.

Tüchel veut sécuriser son équipe face à Liverpool

Pour leur première, les Parisiens vont être directement lancés dans le grand bain avec un déplacement chez le dernier finaliste, Liverpool.

Un test grandeur nature pour un club qui n'a qu'une seule ambition dans cette compétition, la remporter. Dans ce choc à Anfield, Paris devra montrer s'il est enfin prêt à franchir un cap en C1. Le mental a souvent été le problème de cette équipe depuis plusieurs saisons, notamment face à Chelsea en 2015 ou encore dans le désastre de Barcelone en 2017.

Devant l'absence de Marco Verratti, également suspendu, le technicien allemand devrait jouer la carte de la sécurité en revenant au 4-3-3, système que le PSG adopte depuis l'ère Laurent Blanc. Mais en y apportant sa touche personnelle. Si la MCN (Mbappé-Cavani-Neymar) sera présente et que le quatuor Kimpembe, Thiago Silva, Bernat et Meunier formera l'escouade défensive, RMC Sport rapportait hier soir que l'expérience Marquinhos au milieu de terrain allait être prolongé.

Placé en sentinelle, le Brésilien serait associé à Adrien Rabiot et à... Angel Di Maria.

Di Maria, aux bons souvenirs du Real Madrid

Le placement de l'Argentin à ce poste est une petite surprise. Depuis son arrivée dans la capitale, El Fideo n'a plus jamais été placé dans le milieu de terrain d'un 4-3-3. Et pour cause, c'est lui-même qui aurait refusé, sous les ordres de Blanc et d'Emery, d'y être installé, même provisoirement. C'est pourtant à ce poste de relayeur qu'il a connu sa plus belle période en 2014, lorsqu'il évoluait au Real Madrid.

Une idée de Carlo Ancelotti qui l'avait associé à Xabi Alonso et Luka Modric pour laisser la part belle au trio Ronaldo-Benzema-Bale sur le front de l'attaque. Sa qualité de passe ainsi que sa faculté à transpercer les lignes en faisait le parfait chaînon entre l'entrejeu et la BBC. Mais par la suite, que ce soit à Manchester United ou à Paris, Angel Di Maria a constamment été aligné sur l'aile, son poste préférentiel. Si jamais il venait à être performant dans l'antre des Reds, nul doute que Tüchel renouvellera l'expérience.