Aujourd'hui, Netflix doit attendre 36 mois après la sortie en salles d'un film avant de pouvoir le diffuser sur sa plateforme. Mais cela pourrait changer très bientôt. En effet, en France, ce qu'on appelle la chronologie des médias est un accord qui définit les durées d'exploitation des films en salle, puis le délai imposé afin de le voir apparaître en DVD, à la télévision, puis en streaming. Aujourd'hui, le streaming doit attendre 36 mois après la sortie en salles, un délai bien trop long alors que Netflix [VIDEO] s'impose petit à petit comme un acteur incontournable du monde audiovisuel.

Justement, un nouvel accord qui pourrait être signé ce jeudi au ministère de la Culture tendrait à raccourcir le délai entre l'exploitation en salles d'un film et son apparition en streaming à seulement 3 mois pour la sortie en DVD, et de 15 à 17 mois pour le streaming, donc Netflix.

3 mois pour la sortie en DVD

Les règles actuelles ne sont plus vraiment adaptées aux modes de consommation actuels. L'ancienne chronologie des médias date déjà de 2009, le monde de l'audiovisuel a depuis été profondément bouleversé par l'apparition et la démocratisation des GAFA, et d'autres mastodontes de l'audiovisuel comme Netflix [VIDEO], si bien qu'un délai de 36 mois paraît aujourd'hui bien saugrenu.

Cependant, ce délai revu après la sortie dans les salles obscures ne bénéficiera pas à tous les films. Seuls les oeuvres ayant obtenu une dérogation, soit 68% des films, pourront profiter de ce nouveau délai raccourci de 3 mois pour la sortie en DVD.

Netflix devra tout de même attendre de 15 à 17 mois

Apres la sortie en DVD viennent d'abord les exclusivités des chaines payantes, comme Canal Plus, qui bénéficierait alors d'un délai de 8 mois seulement, contre 10 à 12 aujourd'hui.

Les chaines gratuites, quant à elles, verraient se délai se raccourcir de 28 mois actuellement à 22 mois.

Enfin, les plateformes de vidéo en streaming comme Netflix ou encore Amazon Prime Video bénéficieront quant à eux d'un délai revu à 17 mois, ou 15 dans le meilleur des cas. C'est déjà beaucoup mieux que les 36 mois actuels, mais ça reste une éternité dans le monde du Cinéma, si bien que Netflix multiplie les tournages pour sa propre plateforme. De plus, ce délai raccourci ne sera valable que si le géant américain du streaming s'engage à investir dans la production audiovisuelle française, sans quoi le délai restera bloqué à 36 mois après la diffusion en salles.