Une thérapie de conversion tend à changer l'orientation sexuelle de la personne qui la subit. Cette thérapie repose sur des pseudo-sciences et sur un goût certain de la propagande qui indique aux personnes homosexuelles qu'elles peuvent changer et devenir hétérosexuelles. Certaines personnes qui n'assument pas leur sexualité s'y rendent avec cet espoir absurde, tandis que d'autres personnes y sont envoyées par leurs parents.

Aussi abjecte et ridicule soit cette idée, il existe dans le monde des centres de conversion qui mettent en pratique ces thérapies.

Publicité

Si de nombreux pays interdisent la création de ces centres (la France ne fait pas partie de la liste), ils sont encore nombreux à les autoriser. C'est le cas des États-Unis, où plusieurs états accueillent en leur sein ces écoles malsaines. C'est le sujet du film Boy Erased, qui sort ce mercredi 27 mars au Cinéma.

Lucas Hedges donne la réplique à Nicole Kidman et Russel Crowe.

L'histoire de Boy Erased est une adaptation du livre Garrard Conley, Boy Erased : A Memoir of Identity, Faith, and Family, publié en 2016.

Il ne s'agit pas d'une oeuvre de fiction mais des mémoires de son auteur, qui raconte comme ses parents l'ont envoyé dans un centre de conversion après qu'il ait fait son coming-out.

La star montante Lucas Hedges tient le premier rôle de cette adaptation. Il est entouré de deux pointures du cinéma puisqu'il donne la réplique à Nicole Kidman et Russel Crowe, qui incarnent ses parents. Le réalisateur et acteur Xavier Dolan, ainsi que le chanteur Troye Sivan, tous deux ouvertement homosexuels, complètent le casting cinq étoiles.

Publicité

"Des thérapies inhumaines"

Pour le travail de recherche, le réalisateur Joel Edgerton s'est rapproché de l'église que fréquentait Garrard. Il a même rencontré John Smid, le directeur de Love in Action (LIA) le programme qu'a suivi Garrard et que nous découvrons dans le livre et le film. Le réalisateur a pu rencontrer plusieurs membres de l'organisation qui lui ont dit se considéraient comme des anciens gay. "Ça m'a interpellé" dit-il. "J'ai compris qu'il s'agissait d'un cycle de maltraitances".

Pour Nicole Kidman, l'important est que Boy Erased aide à ouvrir les esprits et poussent les organisations à interdir ces thérapies qu'elle considère comme étant inhumaines et ridicules.

Pour préparer son rôle, elle a rencontré la véritable mère de Garrard, elle disait vouloir comprendre sa psychologie, afin de l'interpréter au mieux. Boudé par les Oscars en 2019, le film n'en reste pas moins très apprécié par la critique qui y voit un drame soigné qui évite le pathos, notamment poussé vers le haut par une interprétation de haut vol.