Marc Cherry, créateur de liens féminins étroits dans des séries comme "Golden Girls", "Desperate Housewives" et "Devious Maids", a choisi de séparer ses trois héroïnes vibrantes et attachantes - Ginnifer Goodwin, Lucy Liu et Kirby Howell-Baptiste - dans des chronologies distinctes. Goodwin est BethAnn, la parfaite femme au foyer des années 1960 dont le mari la trompe; Liu est Simone, une diva mondaine qui découvre que son mari est gay ; et Howell-Baptiste est Taylor, qui vit un mariage ouvert moderne mais décide de faire venir son amie Jade chez elle pour faire un couple. À première vue, on commence à découvrir que quelqu'un dans chaque ligne temporelle finit par mourir, mais on n'a aucune idée de qui - tout l'exercice semblait être un cas de style tape-à-l'œil sur la substance.

Chaque ligne temporelle est méticuleusement détaillée, jusqu'aux plus infimes meubles et accessoires, et la distribution est stellaire. Mais à part les nombreuses blagues sur le meurtre de votre mari, qu'est-ce que "Why Women Kill" essayait vraiment de dire ?

Trois générations, trois situations similaires

Comment le projet de BethAnn de se lier secrètement d'amitié avec la maîtresse de son mari, April, a-t-il pu se réaliser ? Simone serait-elle encore capable de garder secrète sa liaison avec le fils de son meilleur ami Tommy ? Combien de temps a-t-il fallu à Taylor pour réaliser qu'amener une tierce personne dans votre mariage allait probablement bouleverser votre vie entière ? Au fil des semaines, "Why Women Kill" devient encore plus emplis de suspense, émouvant et très agréable.

Marc Cherry a fait toute sa carrière en écrivant pour les Femmes, parce qu'il comprend. Chacune de ces femmes est piégée dans les stéréotypes de l'époque. Chacune d'entre elles transcende les schémas dans lesquels elle est prise pour devenir une meilleure version d'elle-même. Goodwin doit en fait porter toute son histoire sur ses étroites épaules, mais elle est absolument à la hauteur de la tâche.

Sa BethAnn ensoleillée brise rarement l'apparence de June Cleaver, même si diverses fissures dévastent la vie domestique faussement parfaite qu'elle a créée. Refusant de s'abandonner au malheur, elle tisse une toile de tromperie domestique que les mafieux lui envieraient, traçant la voie d'une vie plus heureuse pour elle et son voisin maltraité.

L'attrait de "Why Women Kill" transcende les virages en épingle à cheveux qui donneraient le vertige à un feuilleton (même si ceux-ci sont aussi amusants). Lorsque Simone découvre que Karl a le Sida, leur relation passe instantanément d'une situation de conflit salace à une situation sentimentale passionnante. Elle se débarrasse de ses obsessions superficielles et devient une véritable gardienne de Karl, de sorte que les deux hommes deviennent la relation la plus chaleureuse de l'émission, avec la meilleure alchimie. Des professionnels comme Lucy Liu et le toujours charmant Jack Davenport donnent l'impression que c'est facile, mais lorsque le couple se prépare à faire ses adieux en finale, je doute qu'il y ait eu un œil sec sur le plateau.

Le mystère des femmes

Le segment de Howell-Baptiste dépeint le danger du mariage ouvert : l'ultime vulnérabilité que vous avez en ouvrant votre maison à une autre personne. Dans le rôle de Jade, Alexandra Daddario passe sans effort de l'objet de convoitise séduisant et sans ruse à l'étranger malveillant dans la maison : Elle déniche les pires aspects du mariage de Taylor et Eli, comme sa dépendance et ses tendances au travail. Dans le rôle d'Eli, un Reid Scott post-Veep laisse sagement les femmes prendre le devant de la scène, jouant le parfait bouc émissaire dans le plan de domination de Jade. C'est donc Taylor qui doit trouver le moyen de défendre sa maison contre cet intrus, devenant ainsi le héros de sa propre histoire.

En fin de compte, ces trois femmes font de Why Women Kill une force féministe dans la décennie qu'elle dépeint : Personne ne vient sauver ces trois femmes, alors elles trouvent le moyen de se sauver elles-mêmes.

Sans même une voix off de Mary Alice pour nous guider, Marc Cherry utilise une série d'autres dispositifs narratifs qui changent à chaque épisode : d'un groupe de filles qui se transforme au fil des décennies aux commentaires des voisins, en passant par les explications des femmes elles-mêmes. Elles aident à structurer chaque épisode comme des chapitres minutieux, empêchant ces intrigues tourbillonnantes de devenir complètement hors de contrôle, même si BethAnn s'effondre au milieu de la rue et que Simone jette à nouveau un verre à la figure de quelqu'un et que Taylor se débat avec ses sentiments pour Jade, se demandant si un couple pourrait réellement fonctionner à long terme.

La femme et son égo

Heureusement, il a répondu à toutes les questions soulevées dans le pilote de manière tout à fait satisfaisante, en tissant ensemble ces calendriers disparates. Oui, à la fin, il y a trois cadavres, et oui, certains d'entre eux pourraient même être ceux que vous attendiez, mais comment et pourquoi parvient-il à surprendre, voire à étourdir. "Why Women Kill" montre comment les femmes ont souvent un chemin plus difficile à parcourir, en termes de travail quotidien (que ce soit à la maison ou au travail), d'attention à l'apparence et à la réputation, en offrant des camions entiers de soutien souvent sans en recevoir eux-mêmes. Les décennies peuvent changer, mais la force de ces femmes ne change pas.

Maintenant que ces trois histoires sont terminées et que CBS vient d'annoncer une deuxième saison de "Why Women Kill", Marc Cherry a déclaré qu'une autre saison impliquerait de nouveaux personnages et une nouvelle distribution. Ce qui est excitant, mais est également triste de voir cette programmation partir ; heureusement, ils laissent derrière eux un ensemble de dix épisodes bien rangés et très agréables.

Suivez la page Séries TV
Suivez
Suivez la page Femmes
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!