Voici sans doute un énième scandale filmé dans un abattoir, et la goutte qui fera déborder le vase. L'abattoir situé à Houdan, dans la grande couronne, traite exclusivement des cochons, que les employés maltraitent avant leur mort. Cette information a été révélée par l'association de lutte contre la maltraitance animale L214, qui est déjà à l'origine de différentes vidéos en abattoir ayant fait scandale l'année dernière. Après avoir fourni les images à #France 2, L214 a porté plainte contre l'établissement auprès du tribunal de grande instance de Versailles, pour cause de mauvais traitement.

Coups de pieds et coups de jus

Que s'est-il passé dans cet abattoir ? La vidéo qui a été diffusée par L214 a été tournée il y a 2 mois, au début du mois de décembre 2016, et on y observe des employés donnant des coups aux porcs grâce à une claquette à porcs, normalement censée produire du bruit pour leur faire peur.

Publicité
Publicité

Quand la claquette à porcs ne suffit pas, les salariés de l'abattoir donnent de violents coups de pieds à ces animaux et n'hésitent pas à utiliser une charge électrique pour les faire avancer vers le sas de gazage. Devant ce traitement inhumain, certains porcs s'enfuient dans tous les sens, et d'autres perdent conscience.

Une surveillance insuffisante

Pourtant, des caméras de surveillance avaient été installées il y a 5 mois par l'abattoir, justement à cause des anciennes révélations de maltraitance via L214, qui avaient fait scandale. Cela n'a pas servi à grand chose, car seul le directeur de l'établissement y a accès. Interrogé à ce sujet dans un reportage paru hier soir sur #France 2, le directeur s'est montré choqué par ces images, qu'il affirme ne jamais avoir vu auparavant et promet des mesures de rétorsion contre ces employés.

Publicité

Pire, cet établissement avait été inspecté en avril 2016, mais sans suite. La DDPP, Direction Départementale de Protection des Populations, avait simplement relevé quelques gestes inappropriés venant des salariés et préconisé d'effectuer des travaux, les locaux étant trop petits pour tant de cochons. Face à ces problèmes qui se multiplient partout en France, les députés ont voté en janvier une loi obligeant la présence de caméras dans les abattoirs d'ici 2018, mais celle-ci devra être vérifiée par le Sénat après les prochaines législatives. De toute façon, la présence de caméras, a constaté L214, est tout à fait inutile puisque ces caméras ne quittent pas le cadre de l'entreprise.