Le massacre il y a 15 jours, au cours duquel 44 policiers des forces spéciales trouvèrent la mort à Maguindanao, au sud de l'ile de Mindanao, n'arrête pas de faire des vagues aux #Philippines... S'ajoutent à cela, les opérations toujours en cours contre le groupe Abou Sayyaf, 13 militaires blessés et 8 rebelles sont morts, vendredi dans un accrochage dans l'archipel des Sulu.

Tout cela entretient un climat tendu autour des négociations avec, le Moro Islamic Libération Front (MILF), qui se dit prêt à collaborer avec le gouvernement philippin, conformément aux accords de paix, signés en mars 2014, pour la poursuite et l'éradication des terroristes. Le négociateur du MILF insiste néanmoins sur la nécessité d'une bonne coordination, entre le MILF et les forces armées des Philippines, dans les opérations se déroulant dans cette région. Les manquements qui ont abouti à la mort de 44 membres des forces spéciales le 25 janvier, ne sont pas près d'être oubliés. Puissent ils servir de leçon... 

«Nous coopérons complètement avec le gouvernement» a déclaré à ABS-CBN News Mohaquer Iqbal, le négociateur du MILFQuestionné sur le fait que Marwan, un terroriste très recherché, ait été abattu dans une région habitée par les membres du MILF, Iqbal répond que cette région est peuplée par une population sympathisante de différents groupes islamiste et pas uniquement un camp du MILF.

À la question: "comment pouvait-il ignorer qu'il se trouvait là?" Il répond:" plusieurs groupes cohabitent dans cette région et ensuite, Zulkifli ben Hir alias Marwan et Basit Husman l'autre cible des forces spéciales, changeaient très souvent de lieu de résidence..."

Le négociateur en chef se défend de vouloir protéger les terroristes et déclare au contraire que "ces terroriste ne sont pas recherchés uniquement par le gouvernement Philippin ou la communauté internationale, mais aussi par le MILF. #Terrorisme

Les militaires affirment que le Moro Islamic Libération Front, a perdu de sa crédibilité, puisque Marwan a été abattu sur son territoire.


Le porte-parole de l'armée, le colonel Restituto Padilla, déclare que le meilleur moyen pour le Moro de retrouver la confiance du gouvernement, est de coopérer et d'assister pleinement les efforts de l'armée dans la lutte contre les terroristes. Une coopération sérieuse avec le MILF serait de bonne augure pour l'armée, tant la situation est compliquée dans cette région aux accrochages, nombreux et meurtriers, avec les différents groupes terroristes.