Je le confesse, honte sur moi, je n’ai encore lu que quelques passages du dernier livre de mon amie la poétesse belge Sélène Wolfgang, sans aborder l’entièreté de l’opus. Je pallierai à ce manque dès le mois prochain, mais en attendant, je me penche vers Sélène afin de lui demander ce qui se cache derrière ce titre mystérieux « Penumbra »….

Virginie Vanos : Bonjour Sélène ! Quelle est l’origine du titre de ton nouveau recueil ?

Sélène Wolfgang : « Penumbra » signifie pénombre en anglais et est le titre d’un des poèmes du peintre préraphaélite Dante Gabriel Rossetti.

Virginie Vanos : Si tu choisissais de l’offrir dûment dédicacé à trois personnes, à qui adresserais-tu ces trois exemplaires ?

Sélène Wolfgang : A toi Virginie ainsi qu’à mes amies Anne et Gabrielle.

Publicité
Publicité

Virginie Vanos : Quel serait le lieu rêvé pour lire ton recueil afin de mieux se plonger dans ton univers ?

Sélène Wolfgang : au Caillou qui Bique (petit domaine dans le Bois d’Angre), là où ont été prises plusieurs photos qui illustrent mon livre.

Virginie Vanos : Si ton livre était une couleur, quelle serait-elle ?

Sélène Wolfgang : Bleu profond

Virginie Vanos : Un air de musique classique ?

Sélène Wolfgang : Clair de lune de Claude Debussy

Virginie Vanos : Une ville ?

Sélène Wolfgang : Ys, ville légendaire de Bretagne qui aurait été engloutie par l’océan

Virginie Vanos : Une femme célèbre ?

Sélène Wolfgang : Mylène Farmer

Virginie Vanos : Un pouvoir surnaturel ?

Sélène Wolfgang : la métamorphose

Virginie Vanos : Un péché capital ?

Sélène Wolfgang : l’acédie

Virginie Vanos : Une chanson française ?

Sélène Wolfgang : « La veuve noire » de Mylène Farmer

« Vois cette veuve noire / Tu l'as aimée / Pauvre amoureux d'un soir de mai / Vois cette dame noire / L'heure à sonné / Tu périras ce soir de mai / Vois cette toile noire / C'est ton linceul / Tu reposeras ce soir de mai / Quand l'araignée d'un soir / D'un long baiser / Enivre vos espoirs / Trop tard...

Publicité

»

Virginie Vanos : Un phénomène naturel ?

Sélène Wolfgang : Une éclipse

Virginie Vanos : Une merveille du monde, antique ou contemporaine ?

Sélène Wolfgang : Les jardins suspendus de Babylone

Virginie Vanos : Un bijou ou une pierre précieuse ?

Sélène Wolfgang : Un saphir

Virginie Vanos : Une héroïne de fiction ?

Sélène Wolfgang : Clarimonde dans « La Morte Amoureuse » de Théophile Gautier

Virginie Vanos : Et enfin, un organe du corps humain ?

Sélène Wolfgang : Le cœur

Je vous invite à découvrir la page de « Penumbra » sur le site d’Edilivre – Aparis. Un excellent moment de lecture à tous les amoureux de la poésie ! #Culture #Livres #Art